Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Élitisme académique et “médiocrisme” politique

C’est à l’université Ahmed-Ben Bella que le ministre de l’Enseignement supérieur a exprimé son mépris de la performance scientifique et intellectuelle.
N’est-ce pas significatif que, dans notre pays, les universités prennent des noms de personnalités qui, par-delà leur contribution à la libération nationale, n’ont personnellement rien apporté aux sciences et aux humanités ? Que n’a-t-on dédié à la mémoire du premier Président algérien, en plus d’un aéroport, d’autres sites qui feraient perpétuer son souvenir, mais pas une université !
Là, il pouvait à son aise, et devant des universitaires, proclamer l’invalidité des classements universels d’établissements d’enseignement supérieur, déverser son arrogant dédain — à moins que ce ne soit son ignorance — de la question importante et sensible des enfants surdoués et oser la dérision au sujet du prix Nobel ! Un hymne au sous-développement intellectuel et scientifique !
Ce manque de prévenance de nos autorités envers les lieux de savoir est caractéristique de notre système de pouvoir. Ce système a imposé un critère unique et absolu de légitimité : le nationalisme révolutionnaire. Cela dans un premier temps. Par la suite, s’est imposé un second critère : adhérer au parti unique comme gage d’allégeance au pouvoir. Puis, il importait de s’arabiser, si l’on n’est pas de formation initiale arabisante… Plus tard, et pour prolonger le contrôle quasi dynastique des institutions, on inventa “la famille révolutionnaire” dépositaire d’un patriotisme devenu héréditaire. Plus récemment, on y adjoignit la qualité de piété, d’où l’accomplissement tapageur du hadj devenu, pour nos hauts fonctionnaires, un élément de plan de carrière incontournable…
Hors ces attributs, le citoyen est suspect d’infidélité à la patrie. Et la science, la technologie et la culture, dans tout cela ? C’est tellement important que l’Algérie a réalisé des investissements considérables dans la formation technique et scientifique, à travers les instances d’enseignement, les entreprises publiques et toutes les entités institutionnelles. Mais cette importance avait un caractère strictement fonctionnel : un pouvoir lancé dans une entreprise de construction matérielle du pays avait besoin de ses “coopérants techniques”.  Mais le non-respect du critérium détaillé plus haut éloigne le concerné des centres de décision de l’entité à laquelle il est affecté. Et ce, quelles que soient ses qualifications intellectuelles, scientifiques ou techniques. “Sois compétent et tais-toi !”, pour paraphraser la maxime machiste. L’article 120 n’avait d’ailleurs pas d’autre finalité. Et les choses n’ont pas changé : les enquêtes d’habilitation s’intéressent prioritairement aux “antécédents” politiques du candidat.
Le savant et le penseur sont, par nature, subversifs. Car, en cherchant à améliorer la condition humaine, ils cherchent à la changer. Partant de ce “danger”, le pouvoir a fait éprouver à nos plus brillants cerveaux le traitement réservé à n’importe quel agitateur : assassinat politique, exil intérieur, intimidation policière… Bien qu’en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Hadjar, comme défenseur de ce système, n’a fait que laisser affleurer son aversion pour la compétitivité et la performance intellectuelles. Elles menaceraient un système de pouvoir qui repose sur la promotion de la médiocrité. Et le soutien de celle-ci.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER