Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Géopolitique et identité

Après avoir “annoncé” sa démission à travers une chaîne de télévision saoudienne, au lieu de la présenter au président Aoun, le Premier ministre du Liban est toujours retenu prisonnier —consentant ? — à Riyad. Les Libanais, officiels et citoyens, doutent que le repli de Saad Hariri en terre sainte soit volontaire.
L’Arabie, déjà en guerre contre l’Iran au Yémen, est en passe d’ouvrir un autre front contre le même ennemi au Liban, à la croisée des chemins qui mènent en Syrie et en Irak, où Téhéran dispose de ses principales alliances dans la région.
Même Israël pourrait prendre part à cette offensive saoudienne contre cette partie du “croissant chiite”. Son aviation vient de survoler la Syrie, probable prélude à des opérations contre des installations iraniennes en Syrie ou… en Iran. Celui-ci a, de son côté, profité de la guerre contre Daech pour prendre militairement pied en Irak et en Syrie. Il est même probable qu’El Assad fasse traîner la victoire sur l’organisation terroriste pour continuer à justifier la présence iranienne.
Paradoxalement, n’était la menace représentée par les missiles de l’Iran et par la virtualité d’un rapide développement de ses potentialités nucléaires, Israël serait le seul État aujourd’hui “en paix” au Moyen-Orient. Dans ce contexte anachronique, une initiative militaire israélo-saoudienne, conjointe ou séparée, serait même probable : d’une part, Riyad et Tel-Aviv sont dans une convergence stratégique jamais égalée et, d’autre part, leurs objectifs concordent avec la position belliciste du président Trump envers l’Iran.
C’est dans cette ambiance d’une géopolitique aberrante que l’Arabie saoudite a convoqué une réunion de la Ligue arabe où il ne sera certainement pas question de Palestine, encore moins de Sahara occidental, celui-ci n’ayant bizarrement jamais encombré l’ordre du jour de la ligue, malgré le A de la RASD. Il ne sera même pas question du sécessionnisme kurde en Irak, ni du séisme qui vient de l’éprouver. Dans son menu strictement saoudien, il s’agira d’arracher à cette instance le quitus qui, au minimum, ajoutera à la pression de l’Arabie sur l’Iran, sinon légitimera ses menées belliqueuses.
Le résultat est connu d’avance. Même s’il s’obtient sans le concours de l’Irak, de la Syrie et de la Tunisie. Et sans l’avis du Yémen et du Liban, terrains de jeu de la rivalité sunnite-chiite. Et l’Algérie ? Il est révolu le temps où elle avait une diplomatie d’initiative et voix décisive sur la scène arabe. Aujourd’hui, sans trop s’exposer, nos dirigeants essaient de tenir leur rôle, sacrifiant leur visibilité sans prouver leur efficacité. Mais puisqu’en l’état actuel de notre sentiment d’appartenance officiel, nous serions Arabes, il va falloir nous prononcer sur notre niveau de solidarité avec le pays matrice de notre identité et l’État gardien de notre conviction sunnite.
Car, enfin, en un tel sommet, ce sont les Arabes qui se réunissent pour tenir une position commune face à la menace iranienne. À moins que son objet ne soit les sunnites qui sont sommés de s’unir face à l’hégémonie chiite. Ou les deux !
On ne sait pas. On suit ? Nos repères sont les autres. Parce qu’on n’a pas le courage d’être qui on est, on se retrouve sommé d’assumer des guerres qui ne sont pas les siennes.


M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER