Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Hausse des prix : où est le scandale ?

Nous sommes déjà à la mi-Ramadhan et les prix des produits agricoles n’ont pas baissé. Sauf dans les statistiques où ils augmentent si doucement que cela équivaut presque à une baisse, nos revenus étant supposés augmenter aussi.
Au lieu d’aller déprimer au marché, le mieux serait de lire les indices socioéconomiques publiés par l’Office national des statistiques. Ainsi, on pourra se convaincre qu’il n’y a rien d’alarmant, en matière d’inflation, de chômage et de tous ces taux qui entretiennent l’angoisse des petites et des moyennes classes.
Peut-être que l’ONS ne va pas au marché, qu’il puise ses valeurs de référence dans une mercuriale officielle et que son algorithme de calcul du taux d’inflation donne la part belle aux prix des quelques produits subventionnés.
Cela fait longtemps que les gouvernements, celui-ci comme les précédents qui avaient plus d’argent à dépenser pour notre table, montrent, chaque année, qu’ils ne peuvent pas prémunir les citoyens contre l’effet inflationniste du Ramadhan. Mais ils n’osent pas, non plus, incriminer le régime alimentaire de ces citoyens durant le mois d’abstinence ; cela froisserait le pieux peuple déjà passablement éprouvé par l’observance du jeûne sacré. Venu annoncer, il y a une semaine, la baisse prochaine des prix, le ministre du Commerce a dû se rabattre plus tard sur le rituel argument de la spéculation. Une notion inopérante en économie de marché : celui-ci est la finalité de la spéculation, celle-ci consistant, pour le négociant, à profiter des variations du marché et, si possible, à les provoquer. Pourquoi serait-il moral de stocker et déstocker du pétrole pour influer sur ses tarifs et immoral d’en faire de même pour la pomme de terre ?
Et puis, qui est ce spéculateur et dans quelle étape de la filière se positionne-t-il ? Parfois, c’est le maquignon et le grossiste qui disposent de capacité d’entreposage leur permettant d’agir sur les quantités mises en vente, selon les circonstances ; d’autres fois, ce sont les détaillants qui, dans une espèce de monopole à plusieurs, s’offrent des marges déraisonnables. Or, ceci n’est possible qu’avec un consommateur dépourvu de toute rationalité économique. Et qui se soumettrait sans résistance au diktat du marchand, ou du ventre, pour s’en plaindre ensuite.
C’est parce qu’il refuse de reconnaître la prépondérance de la loi du marché que le gouvernement se met dans cette inconfortable situation où il se contraint à bafouiller de fausses explications qui le déresponsabilisent lui et le consommateur. Aux dépens d’un virtuel spéculateur. Mais avant ce personnage insaisissable, il y a le producteur : l’insuffisance de la production, en grande partie due à la politique agraire, est certainement le premier élément d’inflation des prix. L’effet est actuellement aggravé par la suspension de l’importation des produits agricoles. Les agriculteurs sont aussi des “spéculateurs”. Sinon, pourquoi se précipitent-ils à récolter des fruits verts, encore acides, pour profiter de la fringale indomptable du jeûneur ? Pourquoi récolteraient-ils des artichauts avec des tiges de vingt-cinq centimètres qu’ils nous fourguent en vente concomitante ?
Il n’y a pas de mystère : avec moins de pétrole, et sans économie de production, nous ne pourrons pas continuer à vivre au-dessus de nos moyens.


M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER