Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Laissons la justice travailler

C’est un communiqué agacé et menaçant que le syndicat des magistrats a émis à l’intention des médias ayant relayé des fuites au sujet de magistrats impliqués dans l’affaire dite “des 701 kilos de cocaïne”.
Il est étonnant que le communiqué ne comporte pas de démenti formel sur le fait que des magistrats ait été cités, interpellés ou interrogés dans le cadre de l’enquête en question. Il n’évoque que des informations “infondées” sur une “pseudo-implication” de magistrats aux fins, pense le syndicat, de “faire dévier l’enquête dans une tentative orchestrée visant à attenter à la crédibilité de la justice et à ses institutions conduites par des cadres intègres et compétents…” Avant de rappeler la “nature diffamatoire” de ces informations et de faire la leçon du “professionnalisme” aux médias en question.
Cela dit, on ne voit pas en quoi l’éventuelle implication de quelques magistrats dans un quelconque délit attenterait “à la crédibilité de la justice et à ses institutions”. N’est-ce pas plutôt le fait que la justice puisse juger, en toute indépendance et en toute impartialité, ses propres juges indélicats qui marque le passage du système de l’arbitraire à l’État de droit ? Pas besoin d’attendre l’avènement d’une justice chimérique dont tous les magistrats seraient intègres pour proclamer l’État de droit ! Il suffit qu’ils soient tous justiciables. Et qu’au même titre, aucun ministre, wali, élu ou gradé ne puisse se soustraire à la rigueur de cette justice, enfin, souveraine et indépendante.
Mais ce réflexe d’autodéfense instinctive est coutumier de nos institutions. On les comprend un peu : fonctionnant dans un contexte marqué par les fléaux de la corruption, de l’abus de pouvoir et, surtout, d’une justice sous influence politique, toutes les institutions ont développé une hypertrophie de leur vigilance informationnelle. Dans cette même affaire, et en même temps que le SNM, la DGSN s’est promptement appliquée à rectifier la fonction de l’agent servant, paraît-il, de sésame à Chikhi pour ses entrées VIP. Qu’importe, pourtant, qu’il soit ou non le chauffeur du directeur général : il suffit d’assister à l’embarquement dans n’importe quel vol pour Istanbul ou Dubaï pour voir des trabendistes escortés et “assistés” comme d’authentiques VIP ! Un tel détournement d’autorité, qu’il soit de l’initiative de l’agent ou découle d’instruction du supérieur, est assez abondamment observable pour interpeller les responsables au lieu d’attendre que des scandales n’éclatent au grand jour pour chercher à l’étouffer à coups de communiqués et de poursuites contre la presse.
C’est vrai que cette affaire va dans des sens qui paraissent l’éloigner des faits qui en sont à l’origine. Mais n’est-ce pas la logique de l’instruction que des ramifications peuvent partir d’un dossier au contenu conscrit. Et puis, il suffit de regarder autour de soi : tout est lié, du butin du terrorisme au trafic de stupéfiants en passant par le pillage du foncier, les malversations à l’import, etc. Dans un même système, les réseaux mafieux finissent par se croiser. Qu’importe par quel bout la justice commence ; il suffit qu’elle décide un jour de s’y mettre.
Alors, laissons la justice travailler. Et, pour une fois, que cela s’applique à tous !

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Fraternity le 25/06/2018 à 14h19

Quelle audace, pour ce syndicat maison ! S'il existait une justice honnête et crédible, ce syndicat fantoche devrait dénoncer en premier les magistrats corrompus et ripoux. Il est même dans l'intérêt de la corporation. L'instinct primitif de défense qui n'a aucun fondement, ne fait que crédibiliser la réalité que la justice est CORROMPUE et que les magistrats sont aux ordres. Les KAMELS "le boucher" il en existe par milliers parce que ils sont protégés par des magistrats de Tab Jnaou.

Commentaires
1 réactions