Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Le Président et la situation socioéconomique

En ce double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures, Bouteflika n’a pas dérogé au rituel établi depuis que son état de santé l’empêche de s’adresser directement aux Algériens, celui de nous adresser, en ces solennelles occasions, des messages qui, souvent, tiennent autant du discours sur l’état de la nation que du commentaire de circonstance.
Cette fois-ci, le chef de l’État nous a délivré un discours sur l’état de l’économie, une économie  qu’il dit affectée par “les convulsions actuelles des marchés pétroliers qui frappent tous les pays producteurs”, s’accrochant à la thèse officielle des facteurs endogènes à l’origine de la crise financière. Du point de vue du pouvoir, le prix du pétrole n’aurait, en quelque sorte, jamais dû baisser pour que l’Algérie puisse continuer à prospérer. À quoi servirait-il alors pour un pays d’être gouverné, si son sort devait ainsi, durablement, dépendre de la bourse d’un produit ?
Cela dit, le marché nous a, quand même, donné le temps de voir venir : quatorze ans d’aisance soutenue !
Justement, tout ce que le pouvoir a refusé de faire durant ces quatorze années d’abondance pour se préparer à l’après-pétrole se retrouve dans son discours de sortie de crise. Et dans le discours du Président : “La diversification et la compétitivité de l’économie” sont devenues “un impératif crucial dans le contexte de crise pétrolière que nous traversons”, et cela, “loin de tout protectionnisme” ; une révision de “la gouvernance économique des structures de l’État et des entreprises publiques s’impose, ainsi que la recherche de ‘niches d’économie’” ; les “nouvelles technologies” et de “la transition énergétique” doivent être promues…
La longue période d’opulence avait plutôt inspiré au régime la règle des 51/49 et le marché de gré à gré, c’est-à-dire le contraire de la compétitivité, la facilité du tout pétrole et gaz plutôt que l’effort de promotion des nouvelles énergies, la censure de la communication à travers une politique d’acquisition et d’accès homéopathiques à l’internet et aux nouvelles technologies…
Mais malgré un discours d’autolégitimation imputant l’échec économique national aux “convulsions” du marché international, le Président convient, indirectement, de la dissipation et de la déprédation qui ont caractérisé son régime et qui ont au moins une part de responsabilité dans la crise. Il concède, en effet, que la situation impose un effort “de rigueur et de moralisation de notre gouvernance”. Ce qui n’est pas un mince aveu pour un régime qui, malgré les scandales plus ou moins étouffés, s’est toujours évertué à se présenter comme un promoteur décidé de la lutte contre la corruption.
Anniversaire de l’UGTA oblige, le Président a rendu hommage au rôle des travailleurs — et de l’entrepreneuriat — dans le développement économique. Mais l’actualité sociale lui inspire plutôt le reproche envers des fonctionnaires dont les revendications se font de plus en plus résolues. “J’encourage les travailleurs à veiller à ce que la défense légitime et vigilante de leurs droits aille de pair avec l’observation effective et régulière de leurs devoirs et obligations, dans cette phase si cruciale du développement national”, écrit le Président.
Visiblement, la crise économique a commencé à extérioriser ses répercussions sociales. Et, à terme, politiques.


M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER