Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Misère politique

L’Organisation nationale des zaouïas a appelé Bouteflika à briguer un cinquième mandat. Même s’il ne faut pas confondre l’Organisation avec l’Association nationale des zaouïas, dont le président était, à une époque, conseiller de notre Président.
Il faut dire qu’historiquement, les zaouïas, versant régressif de notre société tribale, ont toujours fait partie du système d’action politique de tous les pouvoirs. Mais avec l’avènement du régime Bouteflika, leur engagement est devenu manifeste et même ostentatoire par moments. Il ne faut pas oublier qu’elle eut tôt fait d’avoir son représentant à la Présidence, avant que la justice ne l’envoie en prison en 2007, et qu’il en ressorte subitement. Signe d’une régression politique vers l’archaïsme prémoderne, l’organisation des zaouïas se propose, à travers son président Bassir, de structurer le fameux “pôle” ou “front commun” de soutien au cinquième mandat.
La concurrence s’annonce rude entre les forces bigarrées qui aspirent à porter Bouteflika vers un nouveau règne. Les élections locales qui leur servent de terrain d’échauffement, donnent déjà un avant-goût de l’esprit de la campagne pour la Présidentielle : la vacuité politique d’un pouvoir qui n’a que la seule obsession de sa pérennité va être compensé par l’agressivité de ses associés. Les partis de l’alliance illustrent cette propension à opposer l’invective aux voix qui dénoncent l’aberration de leur projet. En fait, on n’en est plus à se demander s’il serait judicieux de prolonger le règne de Bouteflika, ce choix, permanent, ne tenant point compte de sa capacité physique ou intellectuelle à tenir son rôle. Du point de vue du pouvoir, cette question est résolue : il nous administre tous les jours la preuve qu’elle n’est pas de mise.
Tel que le conçoit le vrai pouvoir, l’État peut fonctionner sans fonctionnement institutionnel. Et donc sans fonctionnement présidentiel. Le tout que la décision n’échappe pas au clan. Tant que ses dépendances politiques et ses clientèles ont intérêt à son immuabilité, elles continueront à défendre son autorité.
Le problème est que plus la cause devient politiquement indéfendable, plus le pouvoir et ses soutiens devront se départir de ce qui leur reste de formalisme républicain. On l’observe dans le discours, tendant à se débrider, des leaders politiques. On l’observe aussi dans l’origine énigmatique de certaines décisions : bien malin qui pourra, par exemple, remonter à la source de la décision de censure qui frappe le site d’information TSA !
Et plus les promoteurs du cinquième mandat entreront dans la danse, plus ils se sentiront forts et plus leur agressivité débordera. Comme ce chef de zaouïas, institutions résiduelles de sociétés tribales d’avant l’invention de l’État, qui décrète “haram” l’opposition à un cinquième mandat de Bouteflika. Et la “République” qui s’honore d’un tel appui !
Comme si la violence d’imposer indéfiniment un régime constant dans l’échec ne suffisait pas à leur contentement, les souscripteurs du régime de la rente se croient tous et toujours autorisés à y ajouter la violence de la bravade. De plus en plus, les partisans du statu quo font montre d’une indigence politique jamais observée, pas même au temps du parti, et, paradoxalement, ils font montre d’une arrogance tout aussi inégalée.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER