Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Mouvement, pensée et communication

Le 16 février dernier, Kherrata défile en masse pour appeler à l’annulation du cinquième  mandat.  Le  19 février, à  Khenchela,   des  citoyens   décrochent  un   poster  géant  de  Bouteflika  accroché  à  une  façade  d’une  APC, déboulonnant   symboliquement   l’indéboulonnable.  
à chaque fois,  les  Algériens  étaient informés  de  l’événement  avant  que la presse, celle qui pouvait s’autoriser à le faire, n’en fasse cas. Ce sont internet et  les réseaux  sociaux qui ont rendu possible ce partage national d’information en temps réel.  La  multiplication  d’images  de  révolte  fit que l’idée d’un soulèvement général  qui  commençait  alors  à  faire  son  chemin devint crédible. De  fait,  ce  22 février,  tout  le monde  en  Algérie  attendait  ou  appréhendait,   selon   son  espoir ou  sa  crainte,  le  départ  d’un  grand mouvement, un œil sur la sortie de mosquée et l’autre sur le téléphone.  Et dès  les  premières  marches  entamées,  Facebook  prit  le  relais.  Dans l’immensité géographique du pays, un peuple s’est mis en réseau. Il en est presque né.
Ce retournement  imprévu et certainement  imprévisible de situation  n’a  pas été d’emblée perçu pour ce qu’il était et qu’il est encore. Ni par  le  pouvoir  ni par ses adversaires. Et encore moins par les analystes. Qui  pouvait prêter  à nos jeunes l’appréhension partagée si fine qu’ils ont finalement  de  la  réalité du système politique algérien ? Et qui avait prévu que les Algériens,  acquis à la peur, à l’assistanat et à la débrouille, allaient un jour  sortir  pour  empêcher un cinquième mandat… du régime, puis le démantèlement  pur  et  simple du système militaro-politique ?
Ce  regroupement  politique  du  peuple  en  général  et  de  la  jeunesse  en particulier,  on le  doit sûrement à  cette  socialisation  de  la  communication rendue possible par internet : une espèce d’intelligence en réseau qui révéla d’insondables  capacités politiques en gestation.  Nul  besoin  alors,  pour  le mouvement, de recourir au guidage éclairé d’une intelligentsia qui, depuis toujours, ne conçoit un engagement que s’il soutient une carrière. 
Ce qui donnait, et donne toujours, à ce hirak un aspect miraculeux,  c’est  que sa cohésion politique est entérinée par une formulation cohérente des enjeux. Que  ce soit  dans  l’expression collective, à travers les chants et slogans  des manifestations,  ou   individuelle,  à   travers  les  déclarations   recueillies   ou “postées” des manifestants. L’expression  citoyenne libérée par  le hirak  nous impose comme le constat de son autosuffisance intellectuelle et politique.  Il ne nous reste qu’à  prendre part  à l’aventure d’une  genèse   nationale  ou   à conserver nos guérites d’observation. Beaucoup ont fait ce dernier choix, bien avant l’avènement du mouvement populaire pour certains. à chaque marche, les manifestants nous rappellent notre désertion.
Un  peu frustrant pour  les  intellectuels  et  les  politiques  qu’un  mouvement autoproduise sa pensée et sa stratégie, et de jouer le rôle de scribe du peuple pensant, pour ceux qui, comme le chroniqueur, ont  fait  carrière  d’éclairer “le peuple”   sur   ses  intérêts.  Et  pour  les  politiques  qui  revendiquent   une semblable. 
Mais très  gratifiant pour  ceux qui,  après  avoir enduré   le  spectacle   d’une indépendance  sans souveraineté,  d’un État sans peuple,  ont rêvé  de  voir enfin naître ce peuple, ce citoyen collectif.
 

M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER