Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Nationalisme, nationalité et binationalité

La Constitution de 2016 a préparé le terrain. Toute instance peut alors se fonder sur cette base pour dissocier le cas des binationaux dans son domaine de compétence.
C’est ce que vient de faire la Fédération algérienne de football. Quand elle évoque “l’engagement inconditionnel en faveur de l'Algérie” du joueur binational, elle reprend le principe posé par le texte en question : les binationaux constituent une catégorie de citoyens susceptibles de réglementation spécifique. Ils sont déjà concernés par une législation spécifique, s’agissant de l’accès aux postes publics de responsabilité.
C’est la première fois dans l’histoire de l’Algérie indépendante qu’il est question, pour un Algérien, de prouver ou de proclamer son “engagement inconditionnel en faveur de l'Algérie” avant de prétendre à une fonction. Même pour celles légalement fermées aux binationaux, il n’est exigé de leurs titulaires que la nationalité algérienne unique, sans autre référence à leur “engagement envers l’Algérie” qui, en théorie, va de soi pour tout Algérien… jusqu’à preuve du contraire. Et même la preuve du contraire est à définir, maintenant que les faux moudjahidine ont pignon sur rue et qu’on peut passer de la culpabilité de corruption et de détournement de deniers publics à la réhabilitation élogieuse, pour ceux qui ont les faveurs du régime !
Allez expliquer aux harragas qu’il est douteux de détenir une deuxième nationalité ! Eux dont la première précaution, lorsqu’ils prennent le large, est de se délester de leurs papiers d’identité. Apatrides de fait et de circonstance, ils déploient des trésors d’intelligence pour camoufler leur origine qui complique la réalisation de leur projet d’exil ou pour s’en inventer une autre qui le faciliterait.
Vu de leur condition de naufragés du désespoir, ils mesurent le privilège de leurs “compatriotes” binationaux, ceux qui ont “la” nationalité. Pas même le souci d’éprouvantes procédures d’immigration ! Il est loin le temps où il était honteux de demander la nationalité étrangère, française en particulier, et où, lorsqu’on l’obtenait, on cachait, parfois à sa famille même, l’infamante qualité ! Les marques de patriotisme évoluent. Et depuis qu’il s’est révélé que ce sont nos dirigeants et nos élites qui recourent le plus à la deuxième nationalité, l’embarras psychologique qu’infligeait la détention d’une seconde s’est dissipé. Jusque dans les chaumières.
Sur l’autre rive, l’islamisme belliqueux a efficacement contribué à jeter la suspicion sur la double nationalité en reléguant, par idéologie, le patriotisme à un statut de référence secondaire, ou d’infidèle : qu’importe d’être français si on est “frère” de religion et de combat ? L’islamisme est en cela efficacement aidé par le racisme local et par l’étanchéité sociale et culturelle de la société occidentale profonde qui renvoient, périodiquement, les binationaux d’immigration à leurs origines, à leurs identités et à leur défaut de nationalisme.
L’initiative de la FAF a tout l’air d’une démobilisation d’après-guerre. Elle continue à se défausser sur “l’engagement” de joueurs algériens de championnats étrangers, alors même que c’était son choix, un choix politicien, celui de l’efficacité,
celui qui pourrait cacher l’entretien ruineux d’un championnat désastreux de médiocrité technique !

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER