Scroll To Top
FLASH
  • Le président zimbabwéen Robert Mugabe a démissionné (président du Parlement)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Nos émigrés, notre image et nous

Les médias ayant repris ces statistiques de la police allemande ne précisent pas la période qu’elles couvrent. Mais disons qu’elles expriment ce fait que parmi les étrangers séjournant en Allemagne, les Algériens sont ceux qui ont commis le plus grand nombre de vols sur une certaine durée.
Et au vu de l’étendue de l’écart entre les premiers (les Algériens, avec 2 223 vols) et les seconds (les Roumains, avec 716 vols), cette prééminence ne veut souffrir aucune comparaison. Pourtant, les Roumains sont un demi-million à résider dans ce pays contre à peine 20 000 Algériens ! Les Marocains et les Tunisiens talonnent leurs frères maghrébins dans le top 5 du chapardage, mais restent loin derrière en termes de “performance” (respectivement 571 et 552 vols). Bien qu’ils soient plus nombreux (quelque 75 000 Marocains et 30 000 Tunisiens).
Plus significatif, nos concitoyens ne constituent, numériquement, que la cinquante-quatrième communauté étrangère dans ce pays, loin derrière les Turcs (un million et demi de résidents, mais qui n’ont commis que… 71 larcins durant la période considérée).
Il n’y a pas dans ces chiffres de quoi établir une relation de cause à effet ; ils illustrent, cependant, un niveau de délinquance chez la population d’origine algérienne et installée en Allemagne sans commune mesure avec celui qui caractérise chacune des dizaines de communautés étrangères vivant dans cet État. Le fait indispose. Et interpelle, si vous voulez bien.
Le malaise est d’autant plus insoutenable que le document diffusé pose des chiffres bruts. Nous laissant peut-être le loisir de chercher le pourquoi de la place qu’occupent nos concitoyens en matière de maraudage. Bien sûr que nous ne sommes pas contraints de nous croire représentés par cette population d’émigrés, légaux ou clandestins, à forte proportion de délinquants. Mais en termes d’image, nous qui sommes si soucieux de “l’image du pays à l’étranger”, au point d’en faire un motif de mise au ban, nous voici interpellés par des faits. N’est-ce pas madame Benhabyles ?
Cette “image” réclame peut-être votre attention, madame, vous qui avez le souci de la dignité des migrants au point d’en faire le monopole du pouvoir et avez le souci de “l’image du pays” au point d’accabler les représentants des ONG algériennes des droits de l’Homme de trahison quand ils abordent la question de la migration en Algérie avec des diplomates. Elle réclame l’attention de tous ceux qui usent de “l’image du pays” pour passer le bâillon à ceux qui, au lieu de ressasser le discours unique, préfèrent penser par eux-mêmes. Cette image nous revient comme le reflet de ce pan culturel xénophobe que nous ne parvenons toujours pas à contenir et qui, parfois, nous échappe par les voix les plus officielles.
La nouvelle de ce serveur algérien de Palma qui a dédaigneusement remis à la police l’argent oublié par une cliente nous a fait jubiler ces derniers jours. Alors, parce que cela nous fait du bien d’être si dignement représentés, nous sommes forcés de méditer ce cas avéré de sous-représentation morale.
À moins de préférer, comme au lendemain du honteux réveillon de Cologne, monter la garde pour dissuader le premier qui osera nous jeter la pierre. Parce que là, ce sera “nous”.


M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER