Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Politique économique et transferts illicites

Si Mohamed Benmeradi est sincère quand il croit “jeter un pavé dans la mare” en déclarant que “l’importation sert plus aux transferts illicites de devises qu’à l’approvisionnement”, il est bien le dernier à s’ébahir de cette “découverte”.
Et si vraiment il vient de s’apercevoir que l’approvisionnement est l’accessoire du transfert, c’est qu’il n’y a pas continuité de service dans le département : la surfacturation de commandes de véhicules par des concessionnaires et de produits médicaux, entre autres, n’a-t-elle pas défrayé la chronique économique il y a quelques années ? Et s’il n’y a pas de chiffres précis, il doit y avoir des chiffres tout de même. À moins que la “mémoire” du ministère ne soit détruite par chaque ministre qui part.
Bien sûr, une grande part de cette hémorragie est due à la corruption qui gangrène les organes de contrôle et de suivi des opérations d’importation. Mais elle est aussi due aux passe-droits politiques dont bénéficient certains opérateurs privilégiés. Car ce ne doit pas être sorcier de déterminer la réelle valeur de n’importe quel produit importé. Nos importateurs n’achètent tout de même pas des choses “qui ne se trouvent pas dans les catalogues”, comme disait Al Capone, parlant de son commerce de produits prohibés ! Alors pas besoin de s’aider d’organismes internationaux pour connaître le prix de n’importe quel article mis en vente dans n’importe quel point de la planète. Un clic suffit.
Quand une autorité constate un crime contre l’économie nationale, son rôle n’est pas de s’en offusquer en se cachant  derrière son incompétence à l’appréhender. Ni de s’en remettre à la Cnuced ou on ne sait quelle institution pour le prévenir. C’est l’ABC de la douane qui, lorsque le forfait est découvert après coup, peut être rattrapé par un traitement a posteriori. D’ailleurs, les “signes apparents de transferts”  ne manquent pas. Sous forme d’énormes placements immobiliers à l’étranger d’opérateurs censés activer exclusivement dans le pays. Mais, dans la même veine, on a commencé par s’émouvoir de l’ampleur de la corruption avant de finir par sanctionner ceux qui s’y sont attaqués !
Le transfert de devises, comme privilège de la caste rentière, est consubstantiel au système politique algérien. C’est d’ailleurs cet aspect du système — privilégiant l’enrichissement de la secte sur le développement du pays — qui bloque l’économie nationale. Dans cette politique, le marché est combattu parce qu’il démocratise le mérite économique et prive le pouvoir politique de sa capacité d’enrichir et d’appauvrir. L’émulation créatrice laisse place à la prédation ruineuse. Sinon, il aurait suffi, au moment où c’était possible, de pousser le dinar au change libre, pour résoudre significativement la question des transferts.
Cette primauté du clan sur le pays est illustrée par le fait qu’au moment où Benmeradi s’étonne du rôle dilapidateur de l’activité d’importation, des équipements importés par Cevital sont bloqués au port dans la durée, occasionnant de quotidiens transferts à perte. En attendant qu’un ministre de l’Industrie reconnaisse un jour que l’investissement a aussi plus servi au transfert qu’au développement !

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER