Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Société, religiosité et moralité

Une émission radio sur la “transmission des valeurs”, il y a une semaine environ. Des compétences scientifiques sont invitées à éclairer les auditeurs sur le sujet et ces mêmes auditeurs sont invités à téléphoner pour faire part de la manière dont ils s’y prennent pour remplir leur devoir de transmission de valeurs.
D’après leurs confessions, tous commencent par inculquer à leurs enfants des valeurs religieuses. Et ensuite quelques trivialités morales du genre respect, générosité…
Dans cette ambiance de zèle religieux et de perfection morale, les universitaires invitées avaient du mal à expliquer la relativité sociologique des notions morales et la complexité du processus de reproduction des normes sociales. C’est un mystère, mais souvent les animatrices chargées de modérer des émissions de débat ou d’entretien se préoccupent plus de “tempérer” le point de vue de l’intervenant, de l’adapter au religieusement, politiquement et socialement correct, que de recueillir l’avis “sec” de l’expert ou du responsable invité !
En revanche, l’animatrice n’avait pas de souci à se faire avec tous les consciencieux parents enregistrés par radio-trottoir ou intervenant par téléphone qui débitaient la liste des pieux principes qu’ils inoculent à leur descendance. Sans, cependant, s’expliquer sur la méthodologie éducative par laquelle ils s’assurent que leurs valeurs sont bien injectées dans la conscience de leurs héritiers. Un peu comme si leur efficacité didactique allait de soi. Leur seul envie suffit : à les entendre, enseigner des valeurs à ses enfants paraît aussi simple que de leur donner des prénoms. Il n’y a pas de modalité de communication de ce qui est finalement la personnalité. Le complexe processus de former la personnalité de l’homme ou de la femme en devenir est expédié avec une telle nonchalance…  
On voit le résultat dans la cour des écoles, sur la voie publique et, un peu plus tard, dans tous les recoins de la société.
Pour les signes de religiosité — plus que pour les valeurs religieuses, d’ailleurs — l’école s’en charge très bien. La rue aussi. Et les télévisions et les journaux dans leur majorité. Tout le monde, dans les institutions et sur la voie publique, est disposé à participer à l’uniformisation religieuse de nos filles et fils. C’est moins sûr pour les valeurs morales ? Dans une société qui comme l’expliquait une des invités n’est ni moderne ni traditionnelle. Une société culturellement hétérogène.  
Sans la résistance de quelques irréligieux face à la terreur islamiste, la standardisation bigote se serait intégralement imposée. Mais, on le voit dans cette course aux attitudes, la terreur a fait son effet et se prolonge dans la durée. Il suffit de patienter ; nous l’aurons, notre Algéristan.
Les valeurs religieuses n’ont jamais été aussi abondamment enseignées que depuis un quart de siècle. Mais, voilà, jamais la corruption, la délinquance, l’insécurité, la toxicomanie n’ont autant prospéré dans notre pays que durant ce dernier quart de siècle ! L’ostentation religieuse d’une société, cela sert, peut-être, à voiler sa régression morale.

M. H.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
2 réactions
afalkou le 01/02/2018 à 17h53

Toute à fait d'accord avec vous M. Hamouche. Je dirais que la religiosité n'est pas synonyme de civilité.j'ai vu de mes propres yeux des barbus sortir de la mosquée le vendredi griller le sens interdit! Si la religion n'agit pas sur le comportement , a quoi sert-elle ???...

Argaz le 02/02/2018 à 19h27

Mustapha Hammouche, vous venez de mettre le doigt là où l’on y a mis une échappe de plomb. Il est clairement établi que la morale n’est qu’une vertu, mais elle n’a pas pu s’accommoder véritablement avec la compréhension que nous lui avons façonnée. Elle est considérée chez nous comme étant une notion flexible, amovible que l’on ajoute à toutes les sauces. Celle-ci suppose pour sa bénéfique transmission : Respect de l’élément pédagogique et sublimité de celui qui est sensé la véhiculer.

Commentaires
2 réactions