Scroll To Top
FLASH
  • 1 133 nouveaux cas de coronavirus et 19 décès enregistrés en Algérie durant les dernières 24h

A la une / Contribution

économie

À QUAND DES PERSPECTIVES HEUREUSES ?

© D.R

Par : CHERIF ALI
         ANCIEN CADRE SUPÉRIEUR

Tout comme la chute du prix du pétrole qui n'est plus une vue de l'esprit, mais une réalité désormais présente et pressante. La crise affole médias et experts de tous bords. Tout le monde s'accorde à le dire, l'heure est grave. Le discours des pouvoirs publics, renouvelé à chaque fois, faisant part de la volonté de diversifier l'économie nationale pour échapper à la dépendance éternelle aux hydrocarbures a été battu en brèche. La réalité nous a rattrapés : le pétrole, après une embellie qui a duré quelques mois, replonge sous la barre des 40 $ sans perspective cette fois d'une remontée spectaculaire, et quand bien même un tel miracle se produirait, d'autres facteurs font rétrécir d'année en année les volumes d'hydrocarbures exportés !

Et les réserves de change fondent aussi à vue d'œil, et seul le recours à la planche à billets a peut-être permis (ou pourrait) de faire reculer l'échéance d'une tempête dévastatrice. 
C'est une éventualité à ne pas exclure, disent les experts !
Pour l'heure, les déclarations contradictoires émaillent la scène médiatique, des propos scindés entre :
•ceux qui affichent un optimisme factice, en dépit de cette menace économique qui est à nos portes, 
•et ceux qui exposent un pessimisme, réellement, tangible.

Pour sa part, le ministre de l'Énergie affirme que l'Algérie a les moyens de faire face à la situation actuelle. “En 2014, on n'avait pas assez de réserves de change, aujourd'hui nous avons des capacités pour faire face à cette situation dans des conditions qui ne représentent pas une contrainte budgétaire pour l'État”, a-t-il dit, prédisant que “cette crise ne va pas durer plus que quelques semaines”.
Est-ce que la contraction des revenus de l'Algérie va avoir un impact sur les engagements électoraux du président Tebboune, notamment sur le plan social ?
Nullement, assure le ministre de l'Énergie : “Tous les engagements pris dans le programme du président de la République seront exécutés à la lettre, l'argent existe pour tous les programmes.”
Pourtant, les plus raisonnables parmi les experts prédisent au pays exportateur de pétrole que nous sommes des années insupportables !
Il en serait de même concernant beaucoup de pays producteurs qui ont besoin d'un cours de l'or noir élevé pour financer leurs dépenses, a affirmé l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans son dernier rapport.
Notre pays a besoin d'un baril de plus de 100 dollars pour maintenir ses équilibres budgétaires et préserver sa position financière extérieure, sérieusement fragilisée par la diminution des rentrées du pétrole et du gaz, lequel gaz est indexé au pétrole et à sa chute.
Pour assombrir le tableau et au rythme de la croissance actuelle de la consommation interne et à celui du faible renouvellement des réserves, l'Algérie n'aura plus de gaz à exporter en 2032 !
Le peuple s'attend, à l'orée de 2021, à des perspectives difficiles, d'autant plus qu'il se perd en conjectures, malgré les sorties optimistes des ministres les plus en vue du gouvernement et en l'absence d'une communication officielle du Premier ministre sur le sujet.
L'heure est grave, disent les plus pessimistes d'entre nous, mais c'est à l'État qu'il revient de prendre les mesures qui s'imposent, et à Abdelaziz Djerad de parler et d'affranchir la population sur ce qui l'attend ; il doit le faire dès lors qu'il s'agit d'une recommandation du président Tebboune formulée lors du dernier Conseil des ministres, pour rassurer les uns et les autres et leur dire, par exemple, qu'il est temps pour le pays “d'aller vers une économie de production, casser la dynamique rentière, c'est-à-dire libérer l'investissement et l'initiative de création d'entreprises et stopper aussi la tendance à l'informatisation de notre économie”. 
L'informel a été chiffré à 6000 milliards de dinars ; il faut trouver le moyen de le taxer ! C'est une des solutions admises, à même de faire face à la réduction des recettes suite à la chute du baril de pétrole.
Ne pas collecter cet impôt, c'est rééditer l'exemple de la Grèce qui a payé cher son “laisser-aller” en la matière.
La Turquie a réussi à s'extirper du poids du circuit de l'informel grâce à des mécanismes proactifs de recouvrement de l'impôt, des réformes macroéconomiques, notamment concernant les entreprises.
Des politiques à prendre en modèle, selon certains !
Il est urgent également de battre le rappel de toutes les intelligences pour dessiner la voie de l'“Algérie Nouvelle” consacrée dans les 54 engagements électoraux de Abdelmadjid Tebboune et dresser l'inventaire des nouveaux défis. Il est grand temps, s'il n'est pas encore trop tard, d'activer le chantier d'une nouvelle perspective, de redéfinir une stratégie de développement du pays, de le projeter dans le monde pour y tisser des relations internationales, y faire reconnaître nos atouts potentiels, assumer notre part dans la coopération et le partenariat avec les pays de l'Afrique.

Les experts et autres économistes l'ont prédit : “Si les pouvoirs publics ne changent pas de vision, l'Algérie ne pourra pas éviter le rééchelonnement, tout en mettant en exergue que le FMI n'est pas, comme on le croit, une institution financière mais plutôt un instrument de domination. Le FMI sert les États-Unis à contrôler l'économie mondiale et soumettre les pays à sa volonté”.

Un autre expert, Abdelmalek Lamiri, pense que “les pouvoirs publics peuvent, d'ores et déjà, s'attaquer à cette menace qui ne dit pas son nom, à savoir les importations !”. L'expert estime par ailleurs que “les mesures prises par le gouvernement jusque-là sont isolées en ce sens qu'elles touchent différemment les secteurs, alors que la solution passe par des décisions globales ; on ne peut pas, par exemple, développer l'agriculture si les autres départements ne suivent pas et les subventions et les transferts sociaux à destination des couches défavorisées sont maintenus”.

Tous ces débats donnent le tournis au citoyen lambda, qui pense que l'État, en fin de compte, ne dépense pas trop, au regard de tout ce qu'il a réalisé jusque-là. Toutefois, il faut être vraiment de mauvaise foi pour ne pas reconnaître les énormes efforts déployés par l'État pour doter le pays d’infrastructures de base, barrages hydrauliques, voies ferrées, routes, métros, tramways, logements, etc.
Dans le pays justement, quid du nouveau plan économique ou modèle de croissance ? Est-il encore en cours d'élaboration ?
Ce plan qui date de l'époque de Abdelmalek Sellal avait entendu pour ambition, laissait-on entendre, “de freiner le ralentissement de la croissance en ouvrant la voie à la diversification de l'économie nationale, dans un contexte, comme il a été rappelé supra, de chute drastique du prix du pétrole”.
Il comptait sur l'investissement des énergies renouvelables, l'agro-industrie, les services, l'économie numérique et celle du savoir, l'industrie en aval des hydrocarbures, une amélioration du climat des affaires, une ouverture aux investissements privés et publics et la promotion des exportations hors hydrocarbures, note Foreign Policy, un média américain. Sa mise en œuvre serait-elle compromise ou entravée par une approche très bureaucratique et centralisée du développement économique et par un manque de transparence et de clarté ?
De plus, l'attractivité du pays pour les investisseurs étrangers et l'impossibilité pour ces derniers de contrôler leurs projets et entreprises ajoutent à la difficulté.
Il y a quelque temps, rappelons-le, le Fraser Institute classait l'Algérie à la 151e place sur 159 pays en matière de liberté économique, avec une marge de commerce à la 154e position et un système légal au 6e rang !
La perspective d'une hausse du prix du baril de pétrole pourrait permettre d'espérer un sursis, ce qui laisserait du temps à l'Algérie pour réformer son économie sur la voie de la diversification, conclut Foreign Policy. 
Oui, mais on en est pas là, malgré l'optimisme débordant de notre ministre de l'Énergie !
Mais mis à part le peuple qui, à la lecture notamment des journaux, s'inquiète beaucoup plus de la chute du prix du pétrole que de la Constitution, la sphère dirigeante manifeste une espèce d'indifférence singulièrement effrayante :
• Quelle sera désormais la stratégie pétrolière de notre pays ?
• Ira-t-il vers une intensification de l'exploration ?
• Ou misera-t-il alors sur l'intensification de l'extraction du pétrole ? 
• Va-t-il opter maintenant pour la valorisation des hydrocarbures nationales à travers la pétrochimie ?
• Ou continuera-t-il à vendre du pétrole brut pour importer, en définitive, de l'essence ?
• Que fera-t-il aussi des énormes gisements de gaz de schiste qui dorment dans son sous-sol ?
Avec à peine quelques milliards de dollars comme fonds de réserves de change, la baisse drastique des prix du pétrole va faire plonger le niveau des rentrées en devises, et le déficit commercial n'en sera que plus affecté. Surtout que les calculs budgétaires établis par la loi de finances 2021 sont aujourd'hui complètement obsolètes et en décalage énorme avec la réalité de la situation financière du pays !

Pour tenter de financer la dette publique et éviter la cessation du versement des salaires et pensions, le gouvernement a eu recours par le passé à la planche à billets, une solution de facilité aux conséquences désastreuses, entraînant l'inflation et la dégradation du pouvoir d'achat des Algériens.
Autant de questions que ne se posent pas, à l'évidence, ceux de l'opposition ! Ils se prétendent pourtant porteurs d'une alternative politique et d'un projet économique pour le pays. Mais force est de constater qu'ils en sont toujours aux constats et aux dénonciations des “dépassements” du pouvoir, sans pour autant avancer des options et des perspectives de rechange.
On peut dire, observait un homme politique, que les partis sont absents parce qu'ils n'ont aucun rôle à jouer dans un système populiste, sauf à en devenir des auxiliaires et des soutiens !
Pourtant, le pays, en ces moments difficiles, a besoin de toutes ses énergies, y compris celles de l'opposition. Le Premier ministre Abdelaziz Djerad est face à une équation très compliquée : en même temps qu'il doit s'obliger à l'austérité, il est tenu par l'obligation de résultats s'agissant notamment de la remise à flot de l'économie, laquelle passe nécessairement par l'aboutissement des projets inscrits dans sa feuille de route. Le pourrait-il avec l’incompétence de certains ministres, le ton hautin employé par d’autres et des walis qui tournent le dos à la population…, ce qui laisse sceptiques les observateurs qui arrivent difficilement à voir des perspectives heureuses tant pour l’économie que le pays entier.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER