Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Contribution

Journée nationale de lutte contre le diabète

Connaître d’abord sa maladie

A l'occasion de la Journée nationale de lutte contre le diabète, Mme Kenza Tazaïrt offre des outils inédits d'éducation diabétique sur son site :
http://www.kenzaeducationdiabetique.com
L'auteure publie son septième ouvrage sur le diabète, mais cette fois-ci en langue arabe comme souhaité par de nombreux lecteurs à travers tout le territoire national.
La citadelle du diabétique, qui a été publiée “gratuitement” aux personnes diabétiques, aux personnels soignants et les associations des diabétiques et communiquée lors d'un Congrès maghrébin d'endocrinologie et celui de la Société nationale de diabétologie (Sadiab) en langue française, est désormais disponible sur ce site en langue nationale.
Mme Kenza Tazaïrt, promotrice du projet de l'éducation sanitaire des diabétiques en Algérie depuis 1997, s'engage à répondre, dans le cadre de ses prérogatives, à toutes les attentes du grand public en termes d'éducation thérapeutique à travers son site web. Parvenir à être une personne diabétique en bonne santé c'est possible, mais cela s'apprend, et c’est aussi valable dans tout les pays du monde. Permettre une bonne intégration socioprofessionnelle, réussir ses études ou une carrière sportive et avoir une vie conjugale heureuse et épanouie tout en étant diabétique c'est possible également, mais l'information et la sensibilisation contre le diabète est plus qu'une nécessité, c'est une obligation quel que soit le niveau d'instruction.
Mme Tazaïrt, responsable d'éducation diabétique, souligne également l'importance de la communication en termes d'éducation thérapeutique, aujourd’hui, il ne s'agit plus de tracer uniquement une directive d'autosurveillance glycémique et établir une feuille de régime, mais il faut accompagner le diabétique dans le changement positif de son comportement alimentaire en prenant en considération les habitudes et les coutumes de chez nous. Il faut sensibiliser également  sur l’intérêt de la  marche quotidienne, cette activité physique modérée constitue l’alliée principale de l’alimentation pour l’obtention de l’équilibre du diabète et enfin évaluer  l’HbA1c en s’aidant des cycles de la glycémie capillaire jusqu’à l’obtention des objectifs glycémiques émis par le médecin traitant. Nombreux sont les diabétiques qui mesurent la glycémie au bout du doigt, il la font d’une manière systématique sans changer le contenu de leur repas, en d’autres termes ils ne valident pas le choix des aliments consommés car en réalité, ils ignorent comment se comporter ou quoi manger en cas d’une hypoglycémie ou une hyperglycémie, ils sont alors angoissés et frustrés du fait que leur glycémie n’est pas équilibrée.  
Pour lutter contre le diabète, il faut tout d’abord lutter contre cette ignorance des personnes diabétiques afin qu’elles parviennent  à être autonomes, puis les responsabiliser à préserver leur capital santé dans le but d’éviter les complications du diabète, et c’est justement le rôle crucial de l’éducation diabétique que nous recommandons à toute personne qui est atteinte, soigne ou s'occupe du diabète.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER