Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Contribution

Dividendes de la Digitalisation de l’industrie

Des économies substantielles au profit des opérateurs

Les possibilités offertes par les dernières avancées technologiques vont avoir un impact sans précédent dans l’édification du parc industriel algérien. “l’Internet industriel” augure d’une ère nouvelle dans le monde et dans notre pays. L’Internet industriel organise la confluence entre l’ancien monde industriel et les nouveaux paradigmes technologiques : l’explosion de la puissance de calcul, la vitesse dans l’analyse des données associée à l’ultra connectivité permise par Internet.
À l’avenir, aucun projet industriel ne saurait-être envisagé sans passer par les filtres de ces nouveaux paramètres d’entrée.
Le secteur de l’aéronautique a été précurseur dans l’implémentation de ce nouveau monde productif. Aujourd’hui tous les moteurs d’avions sont instrumentés de centaines de capteurs générant plusieurs térabits de données lors de chaque vol. L’analyse de ces données permet une meilleure prédictibilité des occurrences de pannes, tout en réduisant la consommation de carburant, élément majeur en matière d’aviation civile commerciale. Il en va de même pour le fonctionnement des centrales de production d’électricité, l’essentiel des composants et sous-ensembles, bénéficiant d’un traitement similaire en matière de capteur. Le dispositif ainsi connecté, étant capable de rendre compte instantanément de la performance et de l’efficacité de l’installation.
L’analyse prédictive des “Big Data” générée par les capteurs permet de “voir venir” comme jamais auparavant. Il est donc aisé de voir comment la digitalisation pourrait permettre aux entreprises industrielles algériennes d’optimiser leurs opérations tout en générant des économies substantielles. C’est d’ailleurs ce qu’a choisi de faire Sonelgaz plus tôt cette année en signant un accord de partenariat majeur avec GE et GEAT, qui inclue deux logiciels de l’Internet industriel : “GE Asset Performance Management” et “Operations Optimization” pour monitorer et analyser les données de milliers de capteurs installés dans ses centrales électriques. Les logiciels s'appuient sur l'analyse avancée des données pour prédire et éliminer les temps d'arrêt non planifiés et améliorer la productivité des centrales.
L’adoption de ces solutions pourrait engendrer de la création de valeur très importante dans les pays en développement tels que l’Algérie, C’est là une opportunité de taille pour les entreprises algériennes. À titre d’exemple, la croissance démographique, le développement urbain et le prix fluctuant des hydrocarbures exercent une pression sur les acteurs du secteur de l’électricité pour trouver des solutions qui permettront de réduire les coûts ; l’amélioration de la performance, cumulée à l’Internet industriel recèlent des relais de croissance nouveaux, certainement de nature à soutenir la croissance économique dans un environnement de plus en plus complexe.
L’Internet industriel ne se superpose pas uniquement aux systèmes existants : il les remplace progressivement, d’où l’importance d’une spécialisation des acteurs locaux du secteur industriel. GE accorde une place privilégiée à la formation afin d’accompagner les professionnels et les étudiants dans cette révolution industrielle inévitable, des formations sont délivrées à ses partenaires historiques dans le secteur énergétique algérien, mais aussi aux étudiants. Les acteurs du secteur industriel sont ainsi formés à l’utilisation des solutions de l’Internet industriel ainsi qu’à faire face à leur impact sur la gestion interne de l’entreprise.
Ces formations destinées aux acteurs du secteur du pétrole et du gaz, de l’énergie, de l’aviation et de la santé, sont délivrées au sein du centre de formation Getla (GE Technical and Leadership Academy), à Alger, ainsi qu’à l’étranger.
Ces formations accompagneront également les employés de GEAT (GE Algeria Turbines), un complexe industriel unique en son genre destiné à la production et à la maintenance locale de turbines et autres composants situé à Batna.
Enfin, GE vise aussi à accompagner la jeunesse dans la transition numérique du pays, en collaboration notamment avec Sylabs, un accélérateur de talents sis à Alger, au travers de différentes conférences, workshops et sessions de formation sur le numérique. En 2016, plus de 500 jeunes étudiants et entrepreneurs ont assisté à ces sessions.
La formation devrait continuer à être au cœur de la stratégie nationale pour faciliter et accompagner la transition numérique et industrielle du pays. L’Internet industriel, entre autres avancées technologiques, est amené à révolutionner nos façons de faire et de créer de nouveaux métiers. La spécialisation devient alors un enjeu clé afin d’assurer le développement d’un vivier de talents algériens, porter l’industrialisation du pays et ainsi participer à faire prospérer l’économie algérienne. C’est une incroyable opportunité qui s’offre à nous.

Par : M. Touffik Fredj
P-DG de GE Afrique du Nord-Ouest


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER