A la une / Contribution

Le “héros” est mort, un criminel de guerre s’en va !

John McCain ou l’autre vrai mensonge des USA

Que pensent ces milliers de Vietnamiens dont les familles avaient été disséminées par le napalm, par les centaines de milliers de tonnes de bombes larguées sur ce pays de ceux qui avaient “courageusement” commis ces actes criminels contre des femmes et des enfants ? Ils étaient venus d’un grand pays situé à des milliers de kilomètres du leur, pour faire quoi au juste ? Que pense ce peuple et quels ressentiments peut-il avoir, encore aujourd’hui, contre ces pilotes des armes à destruction massive de l’époque ? Des dockers d’Alger qui refusaient, sous une autre domination coloniale, de faire embarquer des armes à destination de l’Indochine, il ne fut point question de commémoration, d’éloges ni de reconnaissance sinon celle des victimes programmées. Pourtant qu’ils étaient braves ces ouvriers de la sueur et du courage ! La guerre du Viêtnam fut une des plus sales guerres du XXe siècle et les traumatismes qu’elle a générés dans la société américaine marqueront encore longtemps les consciences occidentales. L’enterrement de McCain ne sera pas celui de la mémoire des atrocités commises en ce temps-là pour mieux cacher celles en cours ou à venir ! C’est pourtant ce qui est recherché à travers la glorification de ce faux héros. Qui peut prétendre avoir des héros dans une guerre d’invasion, une guerre impérialiste dont il en sort de surcroît vaincu ?   McCain était aviateur, que faisait-il en survolant le Viêtnam ? Larguait-il des vivres, des médicaments pour les populations assiégées, condamnées à vivre sous terre ou s’adonnait-il, comme ses camarades, à faire griller du “Viêt-Cong” ou ce qui y ressemblait ?
Il fut atteint et fait prisonnier par ces derniers. Il passa cinq ans dans les geôles de ceux qui refusaient un quelconque diktat colonialiste ou impérialiste. Il en tira gloire et se fit proclamer “héros des USA”. Il devint sénateur de l’Arizona et son bellicisme envers les “petits pays rebelles”  n’en fut que plus venimeux. À notre connaissance, il ne s’opposa à aucune des nombreuses guerres injustement menées par les États-Unis d’Amérique dans des contrées lointaines ou proches pour assoir l’hégémonie des firmes américaines. Il fut un serviteur actif et loyal du complexe militaro-industriel et financier. Un fervent partisan de la relance d’une nouvelle guerre froide. En cela, les officiels occidentaux lui rendent hommage et tentent d’en faire une icône et un baume pour les milliers de soldats américains malades d’avoir eu à assassiner des femmes et des enfants, des civils en Afghanistan, en Irak, en Somalie, en Libye, en Syrie, au Yémen, en Palestine, etc. En 2017, Teodrose Fikre (journaliste consultant et écrivain américain) écrivait déjà sous le titre de “No Hero : John McCain is a War Criminal”  “Trop souvent, nous appelons héros des canailles non pas parce qu’ils le méritaient, mais parce qu’ils ont réussi à gagner la gloire et le statut. Avoir combattu dans une guerre ne fait pas de lui un héros car si tel était le cas, Hitler en serait un lui aussi parce qu’il a également combattu dans une guerre (la Première Guerre mondiale) et a été victime d’armes chimiques. Nous avons raison de qualifier Adolf de monstre parce que nous le jugeons en fonction de ce qu’il a fait après avoir quitté l’uniforme. Dans le même esprit, je juge McCain non pas pour son service au Vietnam, mais pour ce qu’il a fait une fois devenu sénateur. Les mains de McCain sont couvertes par le sang de millions de personnes qui ont péri au cours des 40 dernières années de guerres interminables qu’il a endossées et poussé à faire. Ce n’est pas un héros, c’est un criminel de guerre.”(*) Il aurait aussi combattu, nous dit-on, la pratique de la torture par la CIA. La belle affaire ! Dans la pratique des médias, cela laisse entendre que la CIA ne pratique plus la torture, qu’éventuellement ce serait des actes isolés de quelques fous zélés de cette trop immense organisation et que les USA vénèrent ceux qui combattent ces actes inhumains. Les valeurs hollywoodiennes recouvrent à nouveau leur virginité et l’aventure de l’hégémonie culturelle, idéologique et politique made in USA peut continuer avec, si nécessité oblige, un peu plus de pertinence.  C’est en boucle que l’hommage à ce criminel qualifié “de héros de la Nation” nous est servi dans tous les flashs d’info avec en prime une lamentable intervention d’un prix Nobel de la paix acquis en contrebande, l’ex-président Obama, qui totalise, lors de ses deux mandats, un nombre considérable d’interventions des armées américaines en terres étrangères. Les héros sont certainement à chercher ailleurs !


Hocine Benmedakhene
(*) Article original : https://ghionjournal.com/no-hero-mccain/