Scroll To Top
FLASH
  • Coronavirus: 201 nouveaux cas, 177 guérisons et 11 décès ces dernières 24h en Algérie (ministère)

A la une / Contribution

problématique de la démographie 

LE PLAN D’ACTION DU GOUVERNEMENT N’Y FAIT PAS MENTION !

© D. R.

Par : CHERIF ALI
CADRE SUPÉRIEUR À LA RETRAITE

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, vient d’indiquer que “toutes les mesures nécessaires” ont été prises pour la réalisation, courant 2021, du 6e recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) et ce, “si la situation sanitaire s’y prête”.

En attendant, nous sommes, semble-t-il, depuis le 1er janvier 2018, 47,2 millions d’habitants, selon l’Office national des statistiques (ONS) ! En raison de la progression de la natalité, le cap d’un million de naissances par an a été atteint pour la première fois dans l’histoire de l’Algérie : 1,06 million de naissances vivantes ont été enregistrées auprès des services de l’état civil en 2019. 
Notre pays va ainsi occuper le “haut du pavé” mondial en la matière. Autrement dit, les naissances annuelles seront de la dimension de la population d’une wilaya !
On aurait pu s’attendre à ce que l’incertitude suscitée par la crise pétrolière fasse chuter la fécondité et/ou le désir d’enfant chez les couples ou ceux en devenir, apparemment non ! 
Ce désir d’enfant ou cette aptitude à la procréation sans limites ne sont pas dus au hasard, puisque, rappelons-le, dans notre pays, plus on procrée, plus on touche d’allocations.
Si, a priori, il est aisé de constater que des efforts remarquables sont consentis en direction de l’habitat, le gain et la satisfaction ne sont que des repères en surface, car dans dix ou quinze ans la population algérienne risque de doubler. L’explosion démographique a une allure exponentielle et ne présage pas un réel confort social, car elle demandera plus d’écoles, plus de logements, plus d’hôpitaux et d’impératives structures vitales pour la population, fatalement couronnées par l’équation intrusive du chômage et de l’emploi.
Les problèmes qui se posent et se poseront davantage à l’avenir au gouvernement concerneront, entre autres, surtout le chômage et l’emploi ; les derniers chiffres du chômage viennent d’être rendus publics : le taux est passé de 9,6% à 10,6%, voire plus ; 25% des diplômés universitaires souffrent de ce phénomène. La pression sur le marché du travail s’accentuera avec 380 000 demandes d’emploi/an qu’il n’est pas possible de satisfaire, sachant que la fonction publique n’est plus “un réservoir de l’emploi”. 
Les années à venir vont être extrêmement difficiles, nous prédisent les experts. Selon une étude de l’ONS, les Algériens seront au nombre de 55 millions d’habitants entre 2050 et 2100, quand, peut-être, au même moment, à Dieu ne plaise, nos richesses fossiles tariront.
Il reste le gaz de schiste, diront certains, mais à quel prix et surtout comment y recourir ou penser à l’exploiter dans le contexte de crispation dans lequel se trouvent nos régions du Sud ? 
Si la croissance économique tarde à venir et si la population active occupée est en régression ou se stabilise à son niveau actuel, comment le  gouvernement pourrait-il assurer les retraites d’aujourd’hui et de demain ? 
On comptait en 1988 huit travailleurs qui cotisaient pour un retraité ; aujourd’hui, ce rapport n’est plus que de 2,5 et les causes de cette situation sont connues : vieillissement progressif de la population, nombre de retraités en hausse, suite aux mesures de départ volontaire, et autres fermetures d’entreprises publiques. 
Le ministre du Travail, qui compte présenter la nouvelle loi sur les retraites, devrait se soucier davantage du rapport “actifs/inactifs” où le nombre de ceux qui ont un emploi diminue à vue d’œil, contrairement aux seconds dont le nombre augmente, ce qui a pour effet de diminuer la part des cotisations salariales. 
Sachant que notre système de retraite est fondé sur la logique de la répartition, il faudrait qu’il explique comment et surtout où compte-t-il trouver des sources de financement complémentaires à même de garantir le système de retraite actuel. Si l’on ne renoue pas, et vite, avec la croissance hors hydrocarbures, et de manière forte et durable, la population en âge de travailler ne trouvera pas d’emploi, y compris chez les universitaires, sachant que toutes les mesures Ansej et Anjem ont montré leurs limites.
L’inéluctable vieillissement de la population risque, également, d’aggraver, encore plus, la situation : la population des “vieux” passant de 6,2% en 2000 à 9,2% en 2020 pourrait atteindre 22% en 2050. Phénomène encore inimaginable il y a quelques années, les personnes âgées, souvent démunies, sont de plus en plus nombreuses à se retrouver sans assistance ; les liens familiaux, de plus en plus distendus, voire une absence totale de liens, provoquent, en plus, une marginalisation de cette catégorie de citoyens qui ne bénéficie pas d’aides sociales suffisantes pour vivre décemment. Sur le plan des infrastructures, les foyers pour personnes âgées sont rares ou, quand ils existent, manquent de tout ! Les services de gériatrie sont quasi inexistants, carence qui impactera le corps médical, lui-même en butte à de nombreux problèmes induits par la pandémie que le ministre du secteur n’est pas arrivé à résoudre.
Rappelons aussi, pour corser cette équation, que le boom des naissances des années 1970/80/90 a fait qu’actuellement environ 70% de la population algérienne a moins de 35 ans et que cela n’est pas sans conséquence sur l’emploi, le logement, la facture alimentaire, les loisirs, etc. 
Tous ces trentenaires issus du boom des années 1970/80/90 et notamment les jeunes Algériennes nées à cette époque ont le désir de fonder une famille, et même s’ils ne doivent avoir qu’un ou deux enfants, ces naissances seront beaucoup plus nombreuses que les décès concomitants des personnes nées il y a 50 ans.
Selon les experts, la population algérienne poursuivra une croissance pendant une génération avant de se stabiliser :
1- Si l’on voulait la stabiliser au plus vite, il faudrait des mesures dictatoriales pour empêcher les femmes d’enfanter.
2- Il y a la piste du plafonnement des allocations familiales à deux ou trois enfants, mais beaucoup doutent de son efficacité.
3- Il y a aussi le poids des traditions et de notre religion qui est contre toute limitation. 
Il est évident que la foulée non contrôlée de la procréation repose sur une culture et sur des croyances religieuses faussement assimilées. 
On l’aura compris, inutile d’ouvrir ce débat, au risque de donner du “grain à moudre” à qui l’on sait !
De plus, l’Algérie n’étant pas la Chine, on ne peut parler de restriction ou de limitation “politique” des naissances ; cela ne serait pas seulement immoral, ce serait également stupide avec le risque de déboucher sur un coup d’“accordéon”, comme en 1970, lorsque les dirigeants de l’époque ont estimé qu’“il y a avait trop de médecins et pas assez de pêcheurs en Algérie”. Ils ont donc fermé l’accès aux facs de médecine et subventionné l’achat massif de petites embarcations de pêche, pour s’apercevoir, ensuite (et à ce jour), que l’on manque de personnel médical (gériatrie, par exemple) et qu’on n’a pas, pour autant, résolu notre problème d’abondance de poissons.
Pour la bonne compréhension, rappelons que deux écoles s’affrontent en matière de politique démographique :
• La Chine qui contraint ses citoyens, depuis des lustres, à un contrôle des naissances draconien, “politique de l’enfant unique” ;
•  l’Inde, qui, ayant décidé de “laisser filer”, sera plus peuplée que la Chine avec un âge moyen moins élevé. Dans les années 1950, le général de Gaulle disait de la Chine de l’époque qu’elle était “innombrable et misérable”. C’est parce qu’elle a fait l’effort de ne pas être plus innombrable chaque année qu’elle a cessé, aujourd’hui, d’être misérable !
L’Inde, quant à elle, n’ayant pas voulu faire le même effort, s’est laissé distancer par la Chine et par la plupart des autres pays asiatiques.
L’Algérie peut-elle emprunter la même voie que la Chine, c’est-à-dire tenter d’être innombrable ?
Certains le pensent, en mettant en avant le qualificatif “jeune” pour définir la population du Maghreb en général et de l’Algérie en particulier. Ils évoquent un “dividende démographique” qui demeure une chance pour notre pays, car ce capital humain constitue un formidable vecteur de croissance si de lourds investissements sont rapidement investis dans l’emploi, la santé et l’éducation afin de pérenniser des économies encore fragiles. Le dividende démographique de l’Algérie d’aujourd’hui, qualifié aussi d’“aubaine démographique”, lui donne la possibilité, selon les experts, d’accroître son PNB. 
Il a commencé, selon les experts, à se refermer à partir de l’an 2020 ! 
Il nous reste peu de temps pour engager les réformes et les efforts indispensables. Rater cette occasion, c’est rater son rendez-vous avec l’histoire et le prix en serait, alors, particulièrement lourd ! 
L’explosion démographique bouleversera l’Algérie dans les années à venir ! 
À moins d’une bonne gouvernance et d’une relance économique providentielle, le pays peut connaître de sérieux problèmes de dépendances, voire d’endettement. 
N’est-il pas temps, aujourd’hui, de penser à maîtriser cette croissance inutile et perverse qui dilapide les ressources fossiles du pays ? 
Le Premier ministre et son gouvernement auront donc pour ardente obligation de ramener la démographie à un taux raisonnable car la croissance économique du pays va être “mangée” par une démographie galopante ! 
Le tableau est noir !
Et cette histoire de démographie galopante va l’enténébrer davantage, ce qui doit normalement inquiéter le gouvernement qui, pour autant, n’a pas inscrit dans son plan d’action cette problématique et les moyens de la solutionner !
Selon les experts, il devra dérouler sa “feuille de route” pour dire ce qu’il compte faire pour juguler ou, pour le moins, réguler la démographie dans notre pays.
1- Estimera-t-il que la croissance démographique est excessive et préoccupante notamment dans la conjoncture présente, comme le soutiennent les économistes qui y voient un frein au développement ?
2- Ira-t-il jusqu’à s’engager dans une politique de planification familiale ?
3- Ou estimera-t-il que c’est une bénédiction et un atout pour l’avenir, comme le pensent certains démographes qui disent que l’Algérie, puissance régionale s’il en est, se comporterait mieux avec une population de 100/200 millions d’habitants ?
4- Que fera-t-il également du million de naissances prévu annuellement et de tous ces trentenaires qui attendent tout de “l’Etat-providence” ?
Et le débat est ouvert entre ceux qui pensent que l’incertitude économique est mauvaise pour la démographie et ceux qui estiment que la récession encourage plutôt le nombre de naissances et qu’“ils laisseront filer” au risque de rendre l’Algérie “innombrable et misérable” !


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER