Scroll To Top

A la une / Contribution

lourdement impacté par la crise sanitaire

Le transport aérien dans la tourmente

© D. R.

Par : AMINE DEBAGHINE MESROUA

CONSEILLER DU P-DG D’AIR ALGÉRIE, EXPERT INTERNATIONAL EN AVIATION  CIVILE, REPRÉSENTANT  DE L’ALGÉRIE ET DU MAGHREB AU CONSEIL DE L’ORGANISATION DE L’AVIATION CIVILE INTERNATIONALE (OACI) 2016/2019

“Selon les dernières données de l’IATA, les compagnies aériennes perdront 118,5 milliards de dollars cette année. 2021, selon la même source, devrait voir une perte d’au moins 38,7 milliards de dollars.”

Les efforts de lutte contre la propagation du coronavirus ont entraîné la plus grande déconnexion de personnes depuis la Seconde Guerre mondiale. La liberté de mouvement a été sévèrement restreinte, et l’impact sur l’aviation a été catastrophique :
- Les voyages internationaux de passagers ont enregistré une baisse de 89% à l’international et 43% en domestique (sources IATA).
- Avec seulement 1,8 milliard de personnes attendues en 2020, c’est le retour aux niveaux de 2003.
- Le cargo est un point positif mais avec des volumes inférieurs de 8% par rapport à 2019 ; ce n’est guère une évolution.
L’industrie mondiale du transport aérien connaît la douleur en première ligne. Le bilan financier a été dévastateur et des centaines de milliers de travailleurs de l’aviation à travers le monde ont perdu leur emploi.
Au total, 46 millions d’emplois dans les voyages et le tourisme liés à l’aviation sont en péril (IATA). Les possibilités d’éducation sont mises en attente. Des familles sont séparées. Des vacances sacrifiées et des événements uniques sont manqués. Lorsque les gens ne peuvent pas voyager, les conséquences humaines et économiques ne pourraient jamais être pleinement estimées. 
Mais ce n’est pas le moment de désespérer, la liberté de voyager est essentielle et la priorité absolue est de la restaurer.
Depuis la fondation de l’IATA il y a 75 ans, les compagnies aériennes ont travaillé par l’intermédiaire de leur association pour construire un réseau mondial de transport aérien qui a connecté et enrichi le monde entier.
L’aviation a connu de nombreuses crises, mais aucune ne rivalise avec l’échelle de la Covid-19. Pour sortir de cette crise, il est nécessaire de :
- Renforcer l’engagement en matière de sécurité.
- Rouvrir les frontières.
- Réparer des finances brisées des acteurs de l’aérien.

Engagement fondamental : sécurité
La sécurité reste toujours la priorité absolue. Une approche à plusieurs couches pour des déplacements sécurisés doit être mise en place pour assurer la sécurité des passagers et de l’équipage. Des protocoles sanitaires ont été mis en place en un temps record, avec les efforts combinés des intervenants de l’industrie aéronautique, des autorités de santé publique, de l’IATA et d’autres intervenants, sous la supervision de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) qui a été un acteur principal, très efficace dans cette crise.
Selon les statistiques de l’IATA, 86% des personnes qui voyagent actuellement déclarent se sentir en sécurité avec les nouvelles mesures. Mais il y a deux défis à relever :
- Premièrement, la mise en œuvre de l’approche à plusieurs couches est loin d’être universelle. Les compagnies aériennes et les aéroports doivent continuer à accentuer leurs efforts, et les gouvernements doivent superviser ces actions, en mettant l’accent sur l’harmonisation.
- Deuxièmement, il est nécessaire de s’assurer du respect universel du port du masque. Des études universitaires confirment que le risque de transmission à bord des avions commerciaux reste infime (environ 4 cas pour 100 000 passagers - IATA). Le port du masque réduit considérablement le risque de transmission à bord. Les équipages doivent rappeler continuellement aux passagers leur responsabilité, parfois face à un défi insensé. Il est important que les gouvernements appuient 
cette approche pour faire respecter cette responsabilité publique.
Enfin, il faut planifier soigneusement avec les organismes de réglementation comment accélérer les opérations en toute sécurité, réactiver les aéronefs cloués au sol, gérer les qualifications et l’état de préparation des titulaires de licences, pilotes et personnel navigants commerciaux et faire face à un exode important de travailleurs expérimentés. 
Dès les premiers stades de la crise, un grand travail a été effectué par l’OACI et les organismes de réglementation sur un cadre global. Et ce travail se poursuit alors que la pandémie continue de se propager.

Réouverture des frontières
Prochain grand défi, la réouverture des frontières. Les gens veulent encore et ont besoin d’une mobilité mondiale. Les mesures de décollage de l’OACI rendent les vols sûrs. Mais la fermeture des frontières, les restrictions de circulation et les mesures de quarantaine rendent les déplacements impossibles pour la plupart. Il va falloir gérer une façon de vivre avec le virus. Mais cela ne signifie pas nécessairement détruire l’aviation, risquer des millions d’emplois, paralyser les économies et déchirer le tissu social international. Un vaccin est la solution idéale et permanente dont le monde a besoin. Les dernières nouvelles sur les progrès sont encourageantes. L’IATA travaille avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Unicef et d’autres membres. Cela permettra de s’assurer que l’aviation est prête. Les frontières doivent être ouvertes, les installations logistiques de la chaîne du froid doivent être disponibles avec du personnel qualifié, et les mesures de sécurité doivent être étanches. Il s’agit de l’exercice logistique le plus important et le plus complexe jamais fait. Le monde ne peut compter en priorité que sur l’aviation. 
Même si la mise au point d’un vaccin est encourageante, il faut être réaliste. Le secteur de l’aviation ne peut pas attendre que la distribution des vaccins réédite les frontières pour les voyages. Une solution immédiate existe déjà. Les frontières peuvent être ouvertes en toute sécurité aujourd’hui grâce à des tests Covid-19 systématiques.
- La technologie existe. Au-delà des tests PCR dont les analyses exigent une certaine attente, les tests antigènes rapides fournissent des résultats fiables, avec plus de 95% de précision, en 15 minutes ou moins. Et les nouvelles technologies de test en cours de développement pourraient être encore meilleures.
- Il existe des lignes directrices pour un système harmonisé. L’OACI, avec l’aide de l’OMS, a publié un manuel sur les tests, et l’IATA l’a soutenu par un guide de mise en œuvre.
- Toujours selon l’IATA, il est de plus en plus prouvé que les tests sont efficaces. Une étude européenne à paraître prochainement montre qu’un test très performant ne manquerait que 5 cas Covid-19 pour 20 000 voyageurs. C’est dans les zones à faible prévalence. Lorsque la prévalence est élevée, ce taux pourrait passer à 25. Les deux chiffres sont éclipsés par les taux d’infection actuels.
- Des solutions pour la vérification des tests existent. En plus de publier des lignes directrices à cet effet, l’IATA développe une solution pour l’industrie, l’IATA Travel Pass (ITP). Cette application relie les passagers, les compagnies aériennes, les installations d’essai et les gouvernements à une gestion précise des données protégées par l’information et la protection de la vie privée. De plus, il peut être entièrement intégré dans les processus de voyage sécuritaires sans contact.
- L’OACI, sur son “document de couverture de haut niveau” présentant les recommandations et les orientations de la CART (Équipe spéciale du Conseil sur la relance de l’aviation), à la lumière des éléments nouveaux relatifs à la crise de la Covid-19, publié en novembre 2020, préconise que les États qui envisagent l’établissement d’un couloir sanitaire devraient s’échanger activement des informations afin d’assurer une harmonisation de cette démarche. La trousse de mise en œuvre (iPack) de l’OACI sur l’établissement d’un couloir sanitaire devrait faciliter la tâche des États.
- Enfin et surtout, il y a des exemples de travail. Les bulles de voyage sont les éléments constitutifs d’une réouverture mondiale harmonisée des frontières avec des tests et sans quarantaine. La bulle Hong Kong-Singapour a commencé. Son succès pourrait être l’exemple que d’autres suivront.
Les composants sont là. Maintenant, il faut les mettre ensemble avec la vitesse et l’action. L’IATA a adopté une résolution appelant à des tests pour ouvrir les frontières sans quarantaine.  

Les soutiens financiers
L’urgence est soulignée par la situation financière désastreuse de l’industrie de l’aviation. L’aviation a été pratiquement à l’arrêt pendant des mois. Toute entreprise serait incapable de rester financièrement viable devant une telle situation.
L’IATA a tiré la sonnette d’alarme dès le début de la crise. Beaucoup d’autres se sont joints à l’appel d’urgence et plusieurs gouvernements se sont fort heureusement mobilisés avec 173 milliards de dollars de soutien financier cette année. Il s’agissait d’un investissement dans la reprise, non seulement pour les compagnies aériennes, mais pour l’ensemble de l’économie. Chaque emploi de compagnie aérienne soutient 29 autres (IATA). Ainsi, une reprise économique complète sera compromise sans le catalyseur de l’aviation.
Selon les dernières données de l’IATA, les compagnies aériennes perdront 118,5 milliards de dollars cette année. 2021, selon la même source, devrait voir une perte d’au moins 38,7 milliards de dollars. Ce sera le quatrième trimestre de l’année prochaine avant d’espérer des signes de résultats positifs, au plus tôt.
Un soutien financier supplémentaire est certainement nécessaire. Et cela ne doit pas augmenter davantage la dette. Il a déjà gonflé de 220 milliards de dollars pour atteindre un chiffre de plus de 650 milliards de dollars.
Les fournisseurs doivent aussi faire de grands efforts. Bon nombre d’entre eux, en particulier les fournisseurs d’infrastructures, auront également besoin de soutiens financiers des gouvernements. Ils contribuent aux efforts de réduction des coûts des compagnies aériennes. Chaque fournisseur doit se serrer la ceinture. Il est alors nécessaire de vivre avec les moyens d’une réduction spectaculaire des revenus.
Les compagnies aériennes approcheront de 2021 entravées et sur le soutien de vie. Cette situation aura des conséquences à long terme. Le paysage de l’aviation a changé. De nombreux gouvernements sont aujourd’hui de grands investisseurs aériens. 
Toute l’industrie est en crise et de grands efforts doivent être consentis pour revenir à une situation normale. Cela signifie :
- Obtenir le soutien financier des gouvernements.
- Faire tout ce qui est possible pour rouvrir les frontières avec des tests.
Au cours des prochains mois, ces questions seront au sommet de toutes les décisions sur le plan mondial. 
Les décisions finales restent, bien sûr, entre les mains des États et des gouvernements pour relancer le secteur de l’aviation civile.

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER