Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Contribution

Nabni

Pour une stratégie export cohérente et dynamique

Dans sa dernière contribution - novembre 2017, le Collectif Nabni a proposé un plan d'action comportant 10 propositions à lancer en urgence pour amortir le choc contre l'iceberg. Ce plan appelle à démarrer les réformes de fond dès 2018, en visant les problèmes structurels de notre économie. Dans cette dixième contribution, nous poursuivons la présentation de la proposition de Nabni concernant la stratégie export de l'Algérie.

Lancer un vrai plan d’urgence en matière d’exportations est primordial. Les exportations ont le double effet vertueux de générer des devises et rééquilibrer notre balance commerciale détériorée ces dernières années mais aussi de stimuler la production nationale en lui offrant un marché plus important et en la tirant vers le haut en matière de standards de qualité et de productivité. Il est urgent en effet de dépasser les slogans et sortir des schémas de pensée et d'action qui sont la source du problème.
Dans la contribution parue la semaine passée dans Liberté (dimanche 4 mars), nous avons présenté les quatre leviers proposés par le collectif Nabni pour dynamiser les exportations à court terme :
- Fluidifier les goulots et pallier les chaînons manquants de l’exportation.
- Soutenir les exportations et développer une stratégie nationale de la logistique.
- Booster le tourisme en Algérie.
- Booster les exportations dans les autres secteurs à effet rapide et conséquent sur la balance commerciale.
Le cinquième levier proposé par le collectif Nabni concerne l'Agence nationale de promotion du commerce extérieur.  
Pour rappel, Nabni propose de “dissoudre l’Algex et la remplacer par une agence de promotion des exportations au statut indépendant”.
L'Agence nationale de promotion du commerce extérieur (Algex) (1) est un établissement à caractère administratif (EPA) ayant pour mission de contribuer, sous l’égide du ministère du Commerce, au développement des exportations algériennes hors hydrocarbures.
Dans la démarche des pouvoirs publics, Algex est considérée comme le “moteur” du dispositif du commerce extérieur.
Ses interventions peuvent être regroupées en trois catégories :
1. Étude et analyse au profit du ministère du Commerce (rapports périodiques sur le commerce extérieur, études d’impact des accords commerciaux sur l’économie algérienne, notes de conjoncture sur les importations, analyses de marché...).
2. Prestations de conseil aux entreprises exportatrices (sur la réglementation commerciale internationale, sur les opportunités d’affaires...) afin de les accompagner dans leur démarche export.
3. Des campagnes de marketing-communication destinées à développer la visibilité de l’offre algérienne à l’international, à travers notamment les foires et salons internationaux.
La réussite dans de telles missions exige des moyens humains, matériels, financiers que, manifestement, Algex ne possède pas (2).
Le statut et le positionnement de l'Agence sous l'égide du ministère du Commerce ne lui permettent pas d'accomplir la mission de coordonner des activités impliquant plusieurs départements ministériels, en Algérie et à l'étranger. Ce constat a amené le collectif Nabni à proposer de mettre en place une agence de promotion des exportations, logée au niveau du Premier ministère, chargée des exportations tous secteurs confondus. Une autre option consiste à mettre en place des agences spécialisées par secteur (agricole, touristique…).
Cette agence (ou ces agences) en remplacement d’Algex devront jouir d’un statut souple (idéalement une unité basée sur les résultats) qui leur donne toute la flexibilité dans l’utilisation de leur budget et l’ouverture d’antennes à l’étranger. Les cadres de cette agence doivent être issus des secteurs privé et public et son conseil d’administration doit être paritaire et composé de membres issus des secteurs public et du privé afin d’avoir une meilleure compréhension des besoins des entreprises exportatrices. Enfin, en matière de diplomatie économique, il est urgent de déployer un plan de formation et de développement des capacités des attachés économiques et commerciaux des ambassades.


Le collectif Nabni

1-  http://www.algex.dz/
2 - Même si ça peut paraître anecdotique, il n'existe pas de version anglaise du site web algex.dz


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER