Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Contribution

Contribution

Réflexions sur l’accompagnement pédagogique en milieu universitaire

L’Université ne parvient pas à dispenser un apprentissage et une formation selon les normes pédagogiques en vigueur. ©D. R.

Enseigner à l’université est un métier qui évolue, et pourtant, que font les responsables universitaires pour préparer les enseignants à l’exercice de cette mission première ?

L’université moderne établit sa notoriété et sa visibilité régionale et internationale, entre autres, par la manifestation de ses savoir-faire en pédagogie universitaire et par son professionnalisme en termes de formation centrée sur les apprenants et les apprentissages. De plus, toute université est assignable socialement à l’obligation de répondre aux besoins pédagogiques de ses apprenants en collaboration avec les partenaires de son environnement socioprofessionnel. Les universités ont également pour mission fondamentale de fournir à la société des diplômés compétents en mesure d’assurer, partout en Algérie, des prestations de service de qualité et de répondre aux besoins du marché du travail. Pour ce faire, chaque université est responsable de l’ensemble du cheminement pédagogique des apprenants qui lui sont confiés pour toute la durée du cursus de formation. Hélas, nos universités n’arrivent pas à procurer des apprentissages et des formations selon les normes pédagogiques en vigueur.
Dans l’université contemporaine, l’enseignement constitue sa mission première, et la question de la qualité de l’acte d’enseigner doit être plus que jamais au cœur des préoccupations du ministère de l’Enseignement supérieur (MESRS), mais aussi des doyens des facultés, des conseils pédagogiques nationaux et des recteurs d’université, car l’un des facteurs pour promouvoir la qualité de l’enseignement est la compétence pédagogique des enseignants. De plus, enseigner à l’université est un métier qui évolue, et pourtant, que font les responsables universitaires pour préparer les enseignants à l’exercice de cette mission première ?
L’amélioration des enseignements ne peut se concevoir sans le soutien, l’implication et la collaboration pragmatique du ministère de l’Enseignement supérieur (MESRS), et d’ordre praticopratique des responsables universitaires. En effet, les stratégies les plus efficaces pour améliorer les enseignements sont principalement et respectivement la reconnaissance explicite de la promotion universitaire de l’enseignement ainsi que les contributions des recteurs des établissements et des doyens des facultés pour valoriser l’acte d’enseigner.  
Il faut doter les enseignants d’une double expertise disciplinaire et pédagogique. Cela signifie d’encourager le développement des compétences et des habilités en enseignement en mettant à leur disposition les moyens de se former et de se perfectionner en pédagogie universitaire, ainsi qu’un programme d’accompagnement pédagogique. À cet effet, l’arrêté 932 du 28 aout 2016 promulgué par le ministère de l’enseignement supérieur (MESRS) vient répondre à un besoin premier et urgent de l’université algérienne : l’accompagnement pédagogique. Par cette action, le MESRS propose une feuille de route pédagogique concrète au service des enseignants et à la formation universitaire en général.
Cet arrêté prouve que le MESRS a pris acte et conscience que l’accompagnement pédagogique et la formation à la pratique de l’enseignement sont à la base de l’amélioration qualitative des formations universitaires. En d’autres termes, c’est la condition sine qua non pour espérer une mutation de l’université en faveur des enseignements de qualité dans les établissements du supérieur. Le soutien pédagogique offert dans les établissements universitaires algériens va gagner en importance dans quelques années, car dans la plupart de nos établissements, les services de formation pédagogique ne sont ancrés ni dans la culture universitaire ni dans sa structure organisationnelle.
Dans d’autres universités, les services n’en sont encore qu’aux balbutiements, voire inexistants. Peu importe, les situations décrites ci-haut, des questions méritent d’être posées en ce qui a trait à l’arrêté 932 du MESRS. Comment assurer la qualité des formations et des services pédagogiques offerts en l’absence d’expert en pédagogie universitaire ?
Le MESRS dispose-t-il de suffisamment de ressources humaines compétentes notamment de conseiller et de concepteur en pédagogie universitaire ?
Comment structurer ces services de manière à ce qu’ils répondent bien aux besoins pédagogiques des professeurs et des nouveaux enseignants chargés de cours ?
De plus, il faut d’emblée estimer les retombées de la formation à la pédagogie universitaire des enseignants nouvellement recrutés, notamment le changement de conception et le changement de pratiques pédagogiques déclarées des enseignants universitaires. Il est fort probable que la plupart des nouveaux enseignants observent un changement dans leur conception de l’enseignement et de l’apprentissage.
Il est souhaitable que ce changement de conception aille de pair avec un changement de pratique pédagogique en contexte de l’enseignement supérieur. La sensibilisation en début de carrière des enseignants est importante pour la formation à la pédagogie universitaire. Ainsi, les courtes formations semblent avoir davantage de retombées pédagogiques pour les jeunes enseignants. De plus, il faut conscientiser les enseignants à la nécessité de s’interroger sur leur pratique pédagogique, leur enseignement et sur l’apprentissage des étudiants.
Il est de l’intérêt de chaque université de développer des enseignements centrés sur les apprentissages et la diffusion de documents pédagogiques de synthèse à l’interne. Dans ce contexte, le rôle des conseillers pédagogiques est principalement de faciliter le développement des compétences réflexives des enseignants. Pour ce faire, il est fondamental à ce que l’université conçoive une stratégie institutionnelle claire avec des objectifs de valorisation et de développement de la qualité de l’acte d’enseigner.
Il faut également mettre à la disposition des enseignants les moyens pédagogiques nécessaires pour se développer et pour atteindre les buts de formation à moyen terme, comme le financement de projets d’innovation pédagogique, une offre de formation et d’accompagnement pédagogique, la collaboration entre les enseignants pour partager leur expérience et pratique pédagogique. De plus, il faut proposer un soutien clair pour la valorisation et la diffusion des résultats des projets pédagogiques des enseignants comme une présentation dans un colloque de pédagogie ou des événements internes de partage d’expérience.
Ces propositions se centrent davantage sur la mise en place des services de soutien pédagogique au sein de chaque université. Il est aussi important de faire l'évaluation des services de formation proposés afin d’en assurer l’amélioration continue, mais également un service d’évaluation des enseignements par les étudiants. Il est également essentiel à ce que le ministère de l’Enseignement supérieur (MESRS) révise les normes de sélection et de promotion des enseignants, tout en intégrant la certification ou la formation à la pédagogie universitaire comme critère de recrutement, de nomination et de titularisation.
De plus, pour promouvoir l’accompagnement pédagogique, le MESRS pourrait proposer de nouveaux modèles pour reconnaître et récompenser les enseignants sur les deux volets : recherche et enseignement. Ce modèle peut prendre appui sur une parité claire et transparente entre le dossier enseignement et le dossier recherche.
En conclusion, la mise en place de l’accompagnement et du soutien pédagogique dans les établissements universitaires algériens doit être progressive et mesurée. De plus, la collaboration entre les chercheurs en éducation et les conseillers pédagogiques demeure essentielle pour poursuivre les efforts dans ce domaine et dégager les pratiques efficaces en accompagnement et en formation pédagogique en milieu universitaire algérien.

L. D.
info@lardjane.net
Conseiller et concepteur en pédagogie universitaire

Sources

  • Bailly B., Demougeot-Lebel J. et Lison C., “La formation d’enseignants universitaires nouvellement recrutés : quelles retombées ?”, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur. Décembre 2015
  • Xavier Rogiers (2012), Quelles réformes pédagogiques pour l’enseignement supérieur ? Édition de Boeck.
  • Biémar S., Daele A., Malengrez D. et Oger L (2015) “Le  Scholarship of Teaching and Learning (SoTL). Proposition d’un cadre pour l’accompagnement des enseignants par les conseillers pédagogiques”, Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur.
  • Nicole Rege Colet & Marc Romainville (2006), Les pratiques enseignantes en mutation à l’université. Édition de Boeck.
  • Brinkley-Etzkorn, K. E., Schumann, D., White, B. and Smith, T. (2016), Designing an Evaluation of Instructional Consultation in a Higher Education Context. To Improve the Academy, 35: 121–152
  • Francisco A. Loiola, Maurice Tardif (2001). Formation pédagogique des professeurs d’université et conceptions de l’enseignement, in Revue des sciences de l’éducation, Vol. XXVII, no 2, 2001, p. 305 à 326.
  • Wouters, P., Frenay, M., & Parmentier, P. (2011). Valoriser l’engagement pédagogique des enseignants chercheurs. Recherche et formation 67, 73 et 90.
  • Huguette Bernard (2011), Évaluer, améliorer et valoriser l’enseignement, éditions du renouveau pédagogiques Inc.

Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
5 réactions
derkaoui le 18/09/2016 à 13h28

Cet article dresse une vue d'ensemble de la réalité de l'enseignement supérieur en Algérie et des pistes possible à suivre pour relever l'enseignement de notre pays aux normes et standards internationaux. En effet, l'enseignement supérieur en Algérie manque d'une vision stratégique claire. Il n'a pas d'objectifs pédagogiques précis. De plus, il ne répond pas aux aspirations et aux attentes de la société, même la notion de responsabilisé sociale des universités peine a trouvé son chemin et beauc

derkaoui le 18/09/2016 à 14h56

De plus, il ne répond pas aux aspirations et aux attentes de la société, même la notion de responsabilisé sociale des universités peine a trouvé son chemin et beaucoup d'entre nous ne connaisse même pas ce nouveau paradigme.

derkaoui le 18/09/2016 à 14h56

Il est clair que l'enseignement supérieur ne répond pas au besoin pédagogique de l’apprenant pour la simple raison que les programmes, l’organisation et les ressources de l'université ne sont pas centrés sur l'étudiant. Pour exemple le développement des compétences pédagogiques des enseignants ne semble pas une priorité du MESRS, mais plutôt la recherche et la carrière des enseignants chercheurs

derkaoui le 18/09/2016 à 14h58

Les moyens de formation et de perfectionnent en pédagogie universitaire sont quasi inexistants. Il est nécessaire d'apporter des changements profonds pour améliorer les enseignements en se basant sur les jeunes enseignants, en révisant les normes de sélection de recrutement,

derkaoui le 18/09/2016 à 14h58

de promotion et de titularisation des enseignants tout en équilibrant le poids du dossier académique de recherche et le dossier enseignement dit aussi dossier pédagogique. Ceci en mettant à leur disposition les moyens de formation en encourageant le partage et l’échange d'expertises dans le cadre de projets d'innovation en pédagogie universitaire.

Commentaires
5 réactions