Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Automobile / Coup de cœur

SELON UNE ETUDE DU CENTRE DE RECHERCHE SUR L’AUTOMOBILE

Les jeunes Allemands moins attachés à la voiture

Les Allemands de 18 à 25 ans, particulièrement lorsqu’ils vivent dans de grandes villes, sont de moins en moins attachés à la voiture individuelle.
Selon une étude du Centre de recherche sur l’automobile (CAM), si 73% des Allemands jugent important ou très important de posséder une voiture privée, cette proportion descend à 55% pour les moins de 25 ans, et à 36% pour les jeunes vivant dans des villes de plus de 100 000 habitants. Elle est de 57% pour les habitants de villes en général, selon cette étude. “Une grande partie de la génération Z n’a presque plus d’attachement émotionnel à la voiture”, a commenté Stefan Bratzel, le directeur du CAM et auteur de l’étude. “La voiture n’est plus un symbole de statut, mais plus un objet d’usage”. Parmi les moins de 25 ans, seuls 27% seraient ainsi prêts à renoncer à un voyage de vacances pour s’offrir une nouvelle voiture, contre encore 46% en 2010. La principale raison de la baisse de l’importance de la voiture individuelle aux yeux des Allemands est l’existence d’un bon réseau de transports en commun. Les autres facteurs sont le recours aux déplacements à pied ou à vélo, ainsi que le prix trop élevé des automobiles. La jeune génération est aussi plus ouverte aux nouveaux concepts de mobilité, comme les voitures partagées et les VTC et taxis commandés à travers des applications sur mobile.
Ainsi, 34% des 18-25 ans ont déjà utilisé un service d’auto-partage, contre 15% de l’ensemble des sondés. Les navettes autonomes sont une option pour près de 60% des jeunes, contre 38% de la population prise dans son ensemble. Cependant, “les nouveaux concepts de mobilité ne se développeront pas automatiquement”, estime M. Bratzel, qui place la responsabilité du côté des pouvoirs publics. “En plus d’encourager les nouvelles mobilités, il faut aussi mettre en place des stratégies pour décourager le recours aux voitures privées”, explique-il. “Le politique ne peut pas laisser le trafic continuer comme aujourd’hui, sinon les voitures autonomes resteront elles aussi coincées dans les bouchons. Il faut faire en sorte que moins de voitures privées circulent dans la ville”, développe-t-il.

F. BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER