Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Coup de cœur

C’EST LE PREMIER CONCESSIONNAIRE À L’INSTITUER

Peugeot certifie les véhicules d’occasion avant leur vente

Toute l’originalité est là : Peugeot certifie tout véhicule d’occasion avant sa vente et permet au particulier de céder sa voiture avec une garantie de six mois, sans pour autant perdre de sa valeur. Qu’en est-il exactement et comment ça marche ? Selon le protocole lancé par Peugeot Algérie au Salon international de l’automobile d’Alger (SIAA-2016), un client en possession d’un véhicule de marque Peugeot, ayant 5 ans d’âge et ayant circulé une distance inférieure ou égale à 150 000 km, se présente à la succursale de la firme française en Algérie. Une fois sur les lieux, une équipe authentifie le kilométrage, vérifie l’état du véhicule et de ses papiers et lance une opération d’entretien général. Celle-ci prend en charge la vidange, les filtres, la peinture et la tôlerie, l’état de la suspension et du freinage, bref tous les points que contrôle généralement un acheteur dans les marchés d’occasion. Une fois l’opération effectuée, Peugeot Algérie certifie ce véhicule et offre un avantage de six mois de garantie à l’acheteur. Ainsi, le propriétaire pourra afficher sa voiture “certifiée Peugeot occasion” sur un site Internet, un magazine ou un quotidien national, voire même dans la cité où il habite avec un simple écriteau “à vendre”. Le nouvel acquéreur pourra ainsi circuler avec un véhicule d’occasion quasiment révisé et refait dans plusieurs de ses parties avec une pièce de rechange d’origine garantie. Cette certification se veut une première en Algérie et intervient dans une conjoncture marquée par le bridage des importations des véhicules neufs, et ce, en attendant l’annonce par le ministère du Commerce de l’octroi des licences d’importation et des quotas pour un marché plafonné à 152 000 unités/an.

F. BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER