Culture / Culture

Elle a été organisée par l’association “mawaheb wa afaq”

5e édition de “l’art dans la rue” à la Grande Poste

Samedi dernier à la Grande Poste se tenait la 5e édition de “l’art dans la rue”, co-organisée par l’association Mawaheb wa Afaq et Go-Event, avec le concours de l’APC d’Alger-Centre.
Au cœur de la grande place, face aux gradins relativement remplis, 25 artistes amateurs et semi-professionnels, entre chanteurs, conteurs, danseurs, acrobates ou encore slammeurs se succédaient sur l’espace central sous les encouragements du public. Entre les chanteurs en herbe, amassés à l’arrière de la placette, les photographes et autres dessinateurs qui exposaient leurs œuvres, il y en avait pour tous les goûts cette matinée-là, à la Grande Poste. Douagui Nacéra, directrice de l’association, dira que parce que son association ne bénéficie pas de subventions de l’État, “tout ce qui est sonorisation, chaises, tables et surtout le lieu emblématique qu’est la Grande Poste ont été mis à notre disposition par l’APC d’Alger-Centre”.
Pour elle, ce genre d’évènements est très demandé par la jeunesse. Et c’est aussi à travers eux que son association a permis la découverte de nouveaux talents. “On a saisi cette occasion pour permettre aux jeunes talents de se faire connaître, se connaître entre eux et partager leur passion commune pour l’art.” Mais à cause de la diffusion des matches de la Coupe du monde au même endroit, les organisateurs ont été obligés, à la dernière minute, de décaler la programmation de l’évènement, qui s’est tenu entre 9h et 14h30, au lieu de 11h à 17h. Une des conséquences de cette perturbation dans les horaires, chanteurs, acrobates et autres artistes devant se produire sur scène ont été sommés de ne pas dépasser les 2 à 3 minutes chacun. Ce passage “à la chaîne” ne mettait évidemment pas en valeur les jeunes artistes, qui n’ont pas pu montrer toute l’étendue de leur talent. Une jeune étudiante, passionnée de photographie, exposait à l’arrière de la placette ses clichés.
“En plus de prendre des commandes et de retoucher des photos gratuitement, dira-t-elle, la plupart du temps je capture des œuvres architecturales. Je suis passionnée d’architecture et de tout ce qui est art. Il y a aussi un grand esprit street art dans mes photos, où on voit les ruelles d’Alger et de la Casbah.”


Yasmine Azzouz