Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Le DG des archives nationales était présent au colloque sur la mémoire filmique

Abdelmadjid Chikhi fustige la cinémathèque algérienne

©Archives/Liberté.

Le directeur général des Archives nationales, Abdelmadjid Chikhi était parmi l’assistance du colloque dédié à la mémoire des films. Suite aux nombreuses interventions, Chikhi a demandé à prendre la parole pour revenir sur quelques points concernant son domaine. Le sujet qui a fait réagir le patron des Archives nationales est l’absence de collaboration des institutions concernées comme la Cinémathèque algérienne avec son établissement. À ce propos, il s’est insurgé en soulignant : “Ce colloque est une bonne initiative, je constate qu’il y a énormément d’institutions publiques et privées aux plans national et international, qui s’occupent du patrimoine cinématographique”. Tout en poursuivant : “Le malheur est que ces institutions ne se contactent pas, et elle ne s’adressent pas aux confrères ! Je travaille aux Archives nationales depuis 15 ans, et je n’ai pas de rapports avec la Cinémathèque algérienne, c’est très grave !”. L’orateur a expliqué que son établissement lui donne l’attribution de s’occuper du patrimoine cinématographique. À ce sujet, il s’interroge : “Pourquoi n’y a-t-il pas de rapports ?”. Dans son intervention, M. Chikhi semblait stupéfait par ces décideurs, qui travaillent “chacun de leur côté”. À cet effet, il a profité pour lancer un appel aux concernés par le domaine des archives. “J’appelle les Algériens aux plans national, régional et international, à nous unir et à travailler ensemble. Car, nous partageons tous les mêmes préoccupations. J’adresse une invitation à une réunion aux Archives nationales avec le ministère de la Culture et toutes les organisations dans le domaine de l’audiovisuel et cinématographique”, a-t-il proposé. “Cette réunion permettra d’établir une stratégie de travail pour améliorer notre rendement, échanger nos expériences, et entre autres, réfléchir sur la récupération des archives aussi bien papiers que cinématographiques de l’étranger”.  À ce propos, il a signalé que l’Algérie se dispute depuis 50 ans, avec la partie française pour récupérer les archives nationales, et nous n’avons pas avancé d’un iota ! Car, il y a de gros problèmes juridiques qui se posent. Ce sera pareil pour l’aspect audiovisuel. Concernant ce dernier, Chikhi est revenu sur l’état des archives filmiques, qui représentent une catastrophe. “Le monde audiovisuel en matière d’archives vit une situation très difficile ! Il faudrait qu’on travaille ensemble pour améliorer l’état de ces archives”.  Lors de ce “coup de gueule”, le DG des Archives nationales, est revenu, entre autres, sur la situation en Afrique, où il n’y a ucune solidarité dans ce secteur pour établir une stratégie de restauration, récupération… Par ailleurs, il a rappelé que lors d’un congrès à Oslo, dans son discours il avait signifié : “Vous dites que les pays africains ne sont pas stables. Alors, rendez-nous notre mémoire et nous le serons ! C’est à cause de notre mémoire que nous ne sommes pas stables, car on cherche : qu’avons-nous été, et que serons-nous ? Comment voulez-vous qu’on se projette dans le futur si nous ne connaissons pas notre histoire ?”, un “joli” discours pour faire passer son message.

H. M. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER