Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou

Adaptation du “Foehn ou la preuve par neuf”de Mouloud Mammeri

Les conférenciers au TRTO. ©Tighilt-Liberté

Le théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou produira prochainement l’œuvre littéraire le Foehn ou la preuve par neuf, de l’écrivain Mouloud Mammeri. La pièce intitulée Ha-t-lqed ha-t-a Uqamum sera adaptée sur les planches en langue amazighe par Nordine Aït Slimane et Rabah Boucetta. Quant à la mise en scène, elle sera assurée par Ahmed Benaïssa.
L’annonce a été faite hier, au cours d’une conférence de presse animée conjointement par la directrice de la culture, Nabila Goumeziane, et le directeur du théâtre régional Kateb-Yacine, Farid Mahiout. Écrit en 1957, le Foehn ou la preuve par neuf est une œuvre littéraire qui comporte 4 actes et 9 scènes.
“Se servant d’une foule de personnages aux personnalités et identités multiples, l’écrivain révèle les manigances et les conspirations du colonisateur français pour dépister le grand chef et combattant Abane Ramdane et les stratagèmes des militants algériens pour déjouer leurs plans”, lit-on dans le synopsis de la pièce, où il est précisé qu’“à travers le personnage principal, Tarik, l’auteur met l’accent sur le rôle considérable qu’ont joué dans l’ombre les jeunes militants pendant la guerre de Libération”.  Pour sa part, Nabila Goumeziane a souligné l’importance d’une telle adaptation en particulier et du théâtre en général dans “la consolidation de la culture” tout en affirmant que “le théâtre est un segment sur lequel s’appuie la culture”. Pour sa part, le directeur du Théâtre régional, Farid Mahiout, est revenu longuement sur ce nouveau projet théâtral et a annoncé, par la même occasion, l’organisation imminente de deux stages de formation dans le domaine de la mise en scène et de l’écriture dramaturgique. Selon Farid Mahiout, “il est temps pour nous de traduire le rêve de l’illustre écrivain Mouloud Mammeri en réalité, lui qui a dédié sa vie, entre autres, à la littérature, la recherche et la dramaturgie dans le domaine amazigh”. Tout en expliquant que “ce projet a fait l’objet de traduction et d’adaptation en langue amazighe par deux hommes de lettres et de théâtre, en l’occurrence Nordine Aït Slimane et Rabah Boucetta, alors que la mise en scène a été confiée au dramaturge Ahmed Ben Aïssa”.
L’orateur expliquera encore qu’“en plus de cette adaptation, notre établissement poursuit ses cycles de formation en direction des jeunes comédiens par l’organisation de deux stages de formation en mise en scène par Mme Hamida Aït El-Hadj et en écriture dramaturgique par Nordine Aït Slimane”. Il annoncera aussi la reprise de deux pièces pour enfants Ccna ladyur en deux versions, tamazight et arabe, et la pièce La gazelle aux cornes d’or, en arabe, et ce, avant de conclure : “Nous avons enregistré, depuis le début de l’année, le parrainage de 6 productions et de 3 journées théâtrales, notamment le théâtre de montage d’Aït Bouadou, les journées théâtrales Lounja de Larbâa Nath Irathen et les journées théâtrales Boubekeur Makhoukh de Tifilkout dans la commune d’Illilten”.  

K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER