Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

EN TOURNÉE POUR LA PROMOTION DE SON ALBUM

Ali Amran en concert à Alger et Tizi Ouzou

Ali Amran hier à Alger. .© Benmalek/Liberté

Il enflammera la scène de la Maison de la culture de Tizi Ouzou les 26 et 27 mai, et le 29, il sera à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh. Une occasion de découvrir son nouvel album “Tidyanin”.

Le chanteur Ali Amran revient avec un nouvel album intitulé Tidyanin (événement ou péripétie) qu’il présentera sur scène les 27 et 28 mai à Tizi Ouzou et le 29 à Alger. À cette occasion, il a animé hier une rencontre conviviale avec la presse à l’hôtel Lamaraz (Kouba, Alger), pour tracer les grandes lignes de ces spectacles. Pour ce 5e album, le chanteur de rock’n’roll kabyle, a voulu garder le même registre musical, du pop-rock, avec pour seule modification l’orchestration. “Cet opus est construit différemment, avec une nouvelle configuration du groupe : deux guitares, basse et batterie”, a-t-il indiqué. Tout en poursuivant : “J’ai décidé d’aller un peu plus loin, en essayant de trouver un moyen de reproduire cette rythmique avec les instruments seulement sans les percussions.” Cet album composé de 11 titres chantés exclusivement en berbère, est le fruit de quatre années d’écriture et de composition. Il a, entre autres, rendu hommage à Matoub Lounès dans la chanson intitulée Lwennas. À ce propos il a précisé : “J’ai repris une musique du répertoire andalou-hawzi, j’ai fait cela pour rester dans la même démarche que Matoub, lui qui reprenait les standards des musiques chaâbi, hawzi, qu’il arrangeait en kabyle”. 
L’auteur a également évoqué dans ses titres, des thèmes importants tels que l’exil avec Ma d ddunit ik, ou encore Tidyanin, qui rappellent “la nécessité de se réapproprier son histoire et ses racines pour pouvoir avancer”, a expliqué Amran. Sur la présence des drapeaux berbères dans les mouvements populaires, le conférencier a déclaré : “Cela démontre que les citoyens se sont réapproprié leur histoire et j’en suis ravi.” Dans cet opus sorti en octobre 2018, des thèmes avant-gardistes ont été traités par le chanteur, à l’exemple de Dderz n iftena, (le bruit de la guerre). “Ce titre est une mise en garde contre la violence et la manipulation. Il est en rapport avec ce qui se passe aujourd’hui en Algérie”. Parmi ces textes on peut citer : Bedd (debout) ou encore Izleg wedref. Ali Amran sera en tournée à Tizi Ouzou et à Alger seulement. Il a d’ailleurs profité de l’occasion pour évoquer le problème de son absence sur scène à Béjaïa, mais aussi dans d’autres régions du pays. “Habituellement je fais l’effort de produire mon concert moi-même à Béjaïa. Je l’ai fait pendant pas mal d’années, car les gens qui s’occupent de la culture dans cette ville ne m’appellent jamais ! Je pense que ce n’est pas juste”.


Sihem Benmalek


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER