Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

APRÈS 6 ANS D’ABSENCE

Amour Abdenour revient sur scène

La sortie de son album est prévue pour le mois d’avril. ©D. R.

Après s’être retiré de la scène artistique, le chanteur populaire Amour Abdenour signe un nouvel opus, qui sortira la première semaine d’avril. En effet, pour des raisons personnelles, des soucis de santé et un travail sur soi – saturation oblige — le chanteur retrouve ses nombreux fans, qui commençaient à s’impatienter quant à cette absence, jugée trop longue. “Cela fera 45 ans que je suis dans le métier.” Un bilan s’impose. Et pour annoncer ce retour, il a organisé, dernièrement, un point de presse, abrité dans les locaux de nos confrères de la Dépêche de Kabylie.
Toutefois, ce break de six longues années, le chanteur a tenu à le mettre à contribution en travaillant en solo sa musique et écrivant de nouveaux poèmes. Aussi, l’album, distribué par les éditions Melody d’Ighzer Amokrane, sera en grande partie préparé durant cette période. Et il s’y est grandement investi. “J’ai utilisé de gros moyens. Je suis resté dix-huit jours au studio et c’est la première fois dans ma carrière que je passe autant de temps à l’enregistrement. J’ai utilisé beaucoup d’instruments acoustiques et des instruments de studio. J’ai conjugué les deux formes d’instrumentation. Cela, contrairement à ce que je faisais par le passé avec des instruments de studio uniquement”, a souligné Amour Abdenour.
Pour ce nouvel album, l’enfant des Aït Oueghlis chantera Bgayet, un peu comme Brel avec Paris, en y abordant son histoire, ses attaches via ses ancêtres qui y avaient vécu, l’amour et la révolution. “On l’oublie souvent mais Béjaïa a toujours été une ville de la résistance à tous les envahisseurs et durant la nuit coloniale.” Il dira aussi que les thèmes abordés sont différents des précédents titres. La raison ? “Chaque fois j’essaie de trouver un nouvel angle dans mes compositions. J’aborde des thèmes authentiques. Ce sont des thèmes réels, vécus. Les thèmes sont les mêmes : l’amour, l’affectif, le social, etc. C’est universel, mais l’originalité se trouve dans la manière de les aborder. C’est le travail de recherche que je fais à chacune de mes compositions”, précise-t-il.
Et en matière musicale, il dit qu’il a toujours osé : du rock, du jazz. C’est sa marque de fabrique. “Je ne chante pas un seul style. J’ai essayé de toucher à tous les styles. D’ailleurs, dans mon nouvel album, vous trouverez du chaâbi pur, des variétés, de l’universel, etc.” Questionné sur ses 45 ans de carrière, Amour confiera que son seul regret, c’est qu’il ne soit jamais produit dans de grandes scènes en Algérie ou à travers le monde. “J’ai pu faire le Zénith de Paris grâce à Egyptien.” Alors qu’il a vainement essayé de se produire à la Radio nationale.
“J’ai composé ma première chanson en 1969, alors que je n’avais que 17 ans. Une année après, je me suis produis à la radio, accompagné par un orchestre composé de musiciens de renoms dont l’immense artiste cheikh Namous. Cependant, il m’a fallu huit années pour passer régulièrement à la radio”, rappelle-t-il, pour dire qu’en dépit des encouragements de cheikh Namous, “ce n’était pas un chèque en blanc. J’ai beaucoup travaillé pour progresser”. A contrario, “aujourd’hui, n’importe qui peut chanter en usant et abusant de logiciels. Cet état de fait a fait banaliser la chanson, qui ne sert désormais qu’à meubler les créneaux horaires des animateurs télé ou de la radio”, a déploré Amour Abdenour.

M. Ouyougoute


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER