Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Signature d’un partenariat entre l’Onda et Condor

Benhamadi : “La convention est d’un montant de 550 millions de dinars”

Le DG de l’Onda (à droite) et le représentant de Condor. ©D. R.

Outre la signature d’une convention de partenariat, le DG de l’Onda a annoncé la création du prix du meilleur article sur les droits d’auteur et la propriété intellectuelle d’une valeur d’un million de dinars.

La journée de jeudi a été marquée par la signature d’une convention de partenariat entre l’Onda (Office national des droits d’auteur et droits voisins) et le groupe Condor. À cet effet, Sami Bencheikh El-Hocine et Moussa Benhamadi, respectivement directeur général de l’Onda et représentant du groupe Condor, ont animé une conférence de presse à l’hôtel AZ d’Alger, afin de donner des détails sur ce partenariat.
“Nous avons choisi cette date (journée internationale de la liberté de la presse, ndlr) pour signer la première convention qui porte licence de l’utilisation des œuvres de l’Onda par la société Condor, et ce, contre une rémunération”, a indiqué Sami Bencheikh. Tout en ajoutant : “D’ailleurs, je remercie cette entreprise pour son apport à la culture, pour sa contribution, son accompagnement et à la création de la diffusion de l’œuvre littéraire et artistique.” Pour sa part, Moussa Benhamadi a souligné que “ce partenariat est une belle initiative, car il permet de protéger la propriété intellectuelle ainsi que la création artistique et littéraire”. Et de renchérir : “Nous sommes heureux de contribuer à l’effort qu’effectue l’Onda en protégeant les auteurs. Car il faut savoir que le non-respect des droits d’auteur génère des problèmes au pays, notamment la non-adhésion de l’Algérie à l’OMC.” À ce propos, le conférencier a expliqué que “des entreprises économiques privées ou publiques utilisent des productions sans autorisation, à l’instar des logiciels sans licence”.
Par ailleurs, le représentant de Condor a signalé que la convention est d’un “montant de 550 millions de dinars pour cette année (jusqu’au 31 décembre). En additionnant, le montant des trois mois précédents, nous sommes à 700 millions de dinars”. À travers cette opération, il a précisé que “nous devons assurer le artistes, les auteurs ou les producteur de logiciels. Nous devons les protéger et nous devons développer la culture de la propriété intellectuelle”. Le conférencier a annoncé entre autres que le groupe participera également à la promotion et au financement de quelques actions de l’Onda.
Sur la rémunération de son nouveau partenaire, Sami Bencheikh a expliqué que ces “redevances de propriété privée concernent tous les fabricants d’appareils, de supports d’enregistrement comme les téléphones, ordinateurs, disques durs… Tout ce qui permet d’enregistrer et de stocker, de transporter et de diffuser une œuvre (film, musique)”. “Ces redevances sont versées par l’Onda à différents titulaires de droits comme les auteurs (30%), les producteurs (25%), et pour les artistes (15%). Les 30% restants sont destinés à la promotion culturelle et au soutien des programmes du gouvernement (festivals, salons, films…)”, a-t-il précisé. Selon le DG de l’Onda, ces redevances sont payées par les distributeurs, importateurs et fabricants : “Condor est le premier à nous accompagner sur cette opération. D’ailleurs, je lance un appel pour les autres fabricants pour aller vers cette convention.” Outre la signature de la convention de partenariat, Sami Bencheikh a annoncé que son “établissement vient de lancer le prix du meilleur article sur les droits d’auteur et la propriété intellectuelle, d’une valeur d’un million de dinars”. Profitant de cette conférence de presse, M. Bencheikh a lancé un énième appel aux chaînes télés pour payer les redevances à l’Onda. “Les chaînes privées continuent de diffuser des programmes sans autorisation. Elles sont en train de mettre l’Algérie en péril ! Les violations de droits de diffusion de films peuvent mettre le pays dans une position inconfortable vis-à-vis des institutions internationales.”

Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER