Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

rencontres cinématographiques de béjaïa

Ce sera désormais tous les deux ans

©D. R.

En plus de réunir douze ciné-clubs maghrébins, sept festivals internationaux et la projection de 24 œuvres cinématographiques, il a été révélé, lors d’une conférence de presse tenue hier, que Le Béjaïa Film Laboratoire, créé en 2015, reviendrait, dorénavant, tous les deux ans.

Les organisateurs des Rencontres Cinématographiques de Bejaïa ainsi que les co-fondateurs du collectif Cinuvers, ont animé, hier dans la matinée à la Cinémathèque d’Alger, une conférence de presse en amont de la tenue des 16es RCB.  Sous le slogan “Azul cinéma”, ce rendez-vous annuel se déroulera à la cinémathèque de Béjaïa,  du 1er au 6 septembre prochains, où 24 films seront projetés, dont 21 en avant-première. Le directeur de Béjaïa Film Laboratoire, Amine Hattou, dira, que pour cette édition, le BFL n’aura pas lieu cette année, après les trois éditions consécutives qui se sont tenues depuis sa créations en 2015. “Nous avons décidé de le renouveler tous les deux ans” dira-t-il avant d’ajouter : “C’est principalement dû au  financement, parce que le Béjaïa Film Laboratoire c’est aussi des prix, des consultants  et des bourses qui existent grâce au bénévolat. Mais pour l’année prochaine, nous sommes déjà en pourparlers avec des partenaires”. Pour Laïla Aoudj, ce rendez-vous qui a permis à de nombreux jeunes réalisateurs de concrétiser leurs projets cinématographiques, grâce aux bourses notamment, demande des ressources humaines et financières considérables : “Le faire chaque année devient très compliqué, On a réussi à maintenir les RCB, pendant 16 ans sans interruption, c’est déjà énorme surtout lorsque l’on sait que ça ne fonctionne que grâce au bénévolat”. Par ailleurs, parmi les films projetés lors de cette édition, il y aura six films algériens, déclarera la directrice artistique, Laïla Aoudj : “Même si l’on n’a pas une très grande production” dira-t-elle, “elle est cependant de qualité. Nous avons l’habitude de projeter 5 à 6 films annuellement lors des RCB, et il en sera de même cette année, avec six films algériens, auxquels ces rencontres offrent une visibilité”.  Aussi, l’objectif de cette année, sera selon les conférenciers, de réunir d’un côté, les festivals, qui, selon Aoudj “entretiendraient un lien et pourraient communiquer entre eux, en plus de la possibilité d’aboutir à des échanges et des partenariats”. Ces festivals seront au nombre de sept, dont celui  du Cinéma  méditerranéen d’Alexandrie, Nouakshort de Mauritanie, ou encore celui du film amazigh de Tizi Ouzou.  Et d’un autre côté, le focus sera mis sur la rencontre du  public et des réalisateurs, dont certains seront présents lors des avant-premières, à l’instar de Nadir Dendoune avec Des figues en avril -qui sera d’ailleurs projeté en ouverture-- ainsi que celle des douze ciné-clubs maghrébins, dont celui de Mascara, Nouakchott, Bord Bou-Arréridj, Tunis, Alger et Béjaïa. Les conférenciers révèleront que la première journée de ces rencontres sera dédiée à la présentation des participants, tandis que lors de la deuxième, le focus sera mis sur le networking, une idée de création d’un  festival itinérant, et surtout, la possibilité de créer une fédération algérienne des ciné-clubs. Pour leur part, les co-fondateurs du collectif Cinuvers, Khalil Redouane Madani et Nabil Ait Saïd, expliqueront que des  journées Focus (les 8, 9 et 10 septembre), en partenariat avec l’association Project’heurts et l’ONCI se tiendront à la salle Atlas d’Alger, où dix des films soutenus par le Fonds arabe pour les arts et la culture ( AFAC) seront projetés. L’objectif de ces projections parallèles aux RCB, sera, selon eux “d’offrir un programme divers et varié de ces productions.  Nous avons essayé de mettre en avant une sélection de courts et de longs-métrages, de fictions et de documentaires qui toucheraient  à tous les thèmes et toutes les nationalités”.  

Yasmine Azzouz

 

Précision : Contrairement à ce que suggère le titre, c’est le Bejaia Film Laboratoire, une activité qui se tient parallèlement aux Rencontres Cinématographiques de Béjaia, qui se tiendra désormais tous les deux ans. Nous nous excusons auprès de nos lecteurs et des organisateurs de l’évènement. 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER