Scroll To Top

Culture / Culture

Culture

Clôture en apothéose


Après cinq jours de farandole bariolée et de folle ambiance, les lampions se sont éteints dimanche soir sur la 8e édition du traditionnel Festival arabo-africain de la danse folklorique de Tizi Ouzou. Après les moments fabuleux passés à la maison de la culture Mouloud-Mammeri et au théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi Ouzou, mais aussi dans les villes côtières de Tigzirt, Azzeffoun et Boumerdès, l’heure était aux adieux, aux souvenirs, mais aussi aux regrets pour ces centaines de festivaliers venus d’Autriche, invitée d’honneur de cette 8e édition, mais aussi de Tunisie, du Sénégal, du Liban, de Côte d’Ivoire, des Emirats arabes unis, du Mali, de la communauté algérienne de France, de Guinée, du Niger, et de plusieurs régions de l’Algérie profonde, pour réussir un brassage culturel de haute lignée. A l’occasion de la traditionnelle cérémonie de clôture, organisée dimanche après-midi dans la très belle salle du théâtre régional Kateb-Yacine, toutes les délégations présentes ont eu droit à des médailles symboliques qui leur permettront certainement de garder un souvenir impérissable de leur magnifique séjour en Kabylie, d’autant plus que de nombreux festivaliers ont avoué ouvertement qu’ils étaient venus en Algérie avec beaucoup d’appréhension sécuritaire et qu’ils repartaient avec une tout autre image de paix, de sérénité et de gaîté à travers toutes les villes de Tizi Ouzou, Tigzirt, Azzeffoun et Boumerdès, où ils s’étaient produits cinq jours durant face à un public enthousiaste et connaisseur.
Dans son traditionnel discours de clôture, le directeur de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou et commissaire du festival, Ould-Ali Hadi, devait remercier tous les pays et toutes les troupes folkloriques ainsi que les élus et les autorités locales qui ont contribué au plein succès de cette 8e édition, et leur a fixé rendez-vous pour l’année prochaine, sous les acclamations d’une foule en délire et le rythme effréné du tam-tam africain. De son côté, le wali de Tizi Ouzou, Abdelkader Bouazghi, devait rappeler le long cheminement de ce Festival folklorique de Tizi Ouzou, qui s’est frayé une place privilégiée dans le concert international des grands rendez-vous folkloriques à travers le monde, et ce avant de déclarer la clôture solennelle de cette 8e édition sous les vivats de l’assistance et les youyous stridents des nombreuses femmes présentes à cette cérémonie ô combien riche en son, en couleur et surtout en émotion. Et pour clôturer cette grande fête en apothéose, la direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou a organisé, en soirée, un show fantastique qui a été animé par la grande vedette de la chanson algérienne Amel Wahbi, encore que la salle de spectacles de la maison de la culture Mouloud-Mammeri s’est avérée trop exiguë en la circonstance, ce qui remet certainement sur le tapis la nécessité d’une grande salle de spectacles de 4 000 places à Tizi Ouzou dont le projet est déjà à l’étude.

M H