Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Culture

Festival de Djemila

Clôture en apothéose avec la star du raï Kader Japonais

L’artiste Kader Japonais. ©D. R.

Le rideau est tombé, dans la soirée de mardi à mercredi, sur la 14e édition du Festival arabe de Djemila (Sétif) après cinq soirées de chants et de danses, avec une clôture en apothéose avec la star du raï Kader Japonais. Venu en groupes de jeunes et en famille, le public, que le site archéologique de l’antique Cuicul semblait en cette soirée trop exigu pour le contenir, n’a cessé de réclamer la vedette du raï qui, quelques minutes après, fait son entrée sur scène et salue, à bras ouverts, son public.
Kader, à la voix aiguë et au sourire charmeur, lance Fi achqek cheft louil et enchaîne avec Ahki ya zman, Mama mia, La brigade, repris en chœur par une assistance conquise. Le chanteur entonne encore Inti rouhi ou rabi jebli, A’alach et tant d’autres tubes, faisant le bonheur d'une foule en délire. À l'ouverture de cette soirée, le chanteur Khaled Didi a régalé le public avec ses chansons du genre sahraoui, dans une prestation ovationnée par le public. Lui succédant, cheb Mahfoud a repris les chansons à la gloire de l’équipe nationale du football entonnant One, two, three viva l’Algérie, Bladi hiya Djazair dans une ambiance festive avant de céder la place au chanteur Yacine Tiger et cheb Rochdi qui ont offert au public un voyage au cœur des sonorités staïfi présentant un cocktail d’anciennes et de nouvelles chansons du genre staïfi.
Représentant du ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, le directeur de la production artistique auprès du département de la Culture, Abdallah Boughandoura, a valorisé les efforts déployés pour assurer la réussite de cette édition du festival Djemila, rappelant que le ministère de la Culture œuvre pour “accompagner les efforts des uns et des autres visant à hisser l’acte culturel et artistique à la hauteur des aspirations du public et au service d’une culture algérienne authentique”. Ouvert vendredi dernier avec un show chorégraphique “Azdif” (terre noire en tamazight, d’où provient le nom de Sétif) reflétant des pans de l’histoire, de l’art et de la culture des hauts plateaux en présence du ministre de la Culture, la 14e édition du Festival arabe de Djemila a consacré l’art et les artistes algériens dans toute leur diversité. Un programme riche, dense et diversifié a été proposé au public qui rallie chaque soir Djemila (60 km à l’est de Sétif) depuis plusieurs régions limitrophes.
La soirée de clôture a été également marquée par l’hommage rendu à plusieurs figures artistiques, dont Samir Staïfi et le défunt Katchou.

APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER