Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Il aura lieu les 21 et 22 août sous l’égide du commissariat national du chiir el-melhoun

Colloque national sur le 459e anniversaire de la bataille de Mazagran

À l’occasion de la célébration de la fameuse bataille de Mazagran, qui a eu lieu le 26 août 1558 entre, d’un côté, l’armée turque, appuyée par des combattants de Mostaganem et des régions avoisinantes, qui furent menés par des cheikhs de zaouïas, et de l’autre, les conquérants espagnols dirigés par le comte d’Alcaudette, le commissariat du Festival national du chiir el-melhoun dédié à Sidi Lakhdar prépare un colloque national sur l’événement historique, a-t-on appris de sources émanant du commissariat. Ainsi, le colloque en question se tiendra les 21 et 22 août, période du déroulement du festival, lors duquel des professeurs d’universités animeront des conférences pour faire revivre cette partie de l’histoire, même du point de vue religieux. Par ailleurs, l’objectif de ces séminaires sera, d’après ses organisateurs, de jeter de nouveaux éclairages sur cette partie de l’histoire de notre pays. Pour l’histoire, les autochtones, à leur tête des cheikhs de zaouïa, tels Sidi Ahmed Ben Youcef de Miliana (Aïn Defla), firent appel aux frères Barberousse et Kheireddine, des Turcs aguerris à la guerre maritime. Ainsi, une flotte maritime fut constituée et deviendra maître de la Méditerranée pendant près des trois siècles. Les combattants, dirigés par des cheikhs de zaouïa et les Turcs, parvinrent à libérer les villes algériennes occupées par les Espagnols. Sidi Lakhdar, alors général de cavalerie turque (Bacha Khaiala), avait participé à cette bataille au cours de laquelle onze mille soldats espagnols dont le comte d’Alcaudette ont été tués.
Une humiliante défaite qui enlève à l’Espagne toute ambition d’occuper Mostaganem. Cette même Espagne qui, après la chute de Grenade (Andalousie) en 1492, songeait, par le biais de l’Église, à occuper le littoral maghrébin et mettre  fin aux activités maritimes des musulmans en Méditerranée. Ainsi, dès 1505, les Espagnols occupèrent successivement Mers El-Kébir (Oran), les régions d’Alger, Jijel, Béjaïa et Tlemcen.
Charles Quint se prenait pour le maître du monde. Il rêvait d’une monarchie universelle. Il entreprit une croisade contre l’islam en Occident musulman (Maghreb). Son fils Philippe mena lui aussi une politique de grandeur et de guerre.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER