Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Association des Beaux-arts d’Alger

De l’ambition d’aller plus haut et du talent en réserve

Les jeunes guitaristes de l’association. © Louhal/Liberté

Le terreau de la “sanâa” a été fertilisé par l’éclosion des bourgeons de l’orchestre de musique andalouse de l’association des Beaux-arts qui ont reçu un standing ovation du public présent samedi à la salle de cinéma l’Algeria, pour avoir interprété d’entrée sur scène une touchia Sika suivie d’inqlebat et de hawziyat. “C’est l’orchestre de l’espoir !”, s’est écrié leur professeur, Boumâaza, qui n’a pu retenir ses larmes en cet après-midi où il y a eu le tomber de rideau sur l’année culturelle 2017-2018. Donc, c’est un challenge de réussi, alors que ces “pousses” ne sont qu’en classe préparatoire et déjà si talentueuses jusqu’au bout des cordes de leurs mandolines. Fleuries qu’elles étaient, les filles dans leurs robes traditionnelles, et élégants qu’ils étaient les garçonnets dans leurs costards, le jury a primé l’étoile montante du clavier, Amir Raab, âgée d’à peine huit ans, alors qu’au chant, c’est la diva Nadia Ferfera qui s’est distinguée avec l’interprétation d’une nouba. Suit sur la troisième marche du podium Nazim Bouchetiti, que l’on surnomme “L’homme-orchestre” parce qu’il joue, outre la mandoline, d’autres instruments de musique. Autre régal, ce concert de guitares sèches qu’ont exécuté Rika, Yasmine, Fella, Fatiha et Alia qui ont gratifié l’auditoire d’un rituel de musique classique, dont le baroque, la Renaissance et le classicisme exécuté dans le mode arpège et en “accord” avec leur professeur Abir. C’était divin, et le plus révélateur, c’était ce morceau d’intermède de télévision que jouait autrefois le jazzman, le défunt Boualem Hamani, avant le JT de 20h. Après cette parenthèse puisée dans la variété musicale du passé, Alia Benabdellah s’est auréolée du premier Excellence, alors que le duo de guitaristes Fatiha Nacef et Temam Yasmine se sont distinguées du second et troisième prix Excellence. Pour conclure, l’orchestre andalou sous la direction de la diva Bach-Saïs s’est illustré avec un répertoire puisé dans les standards du genre malouf constantinois et qui a séduit l’assistance. Donc, l’espoir est permis, eu égard à la “pâte” qui lève dans le vivier de l’association des Beaux-arts d’Alger, dont le siège est établi à l’avenue Ahmed-Ghermoul, soit en face de la piscine du Groupe Laïque.


Louhal Nourreddine

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER