Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

MELBOU (BEJAIA)

Décès du chanteur Hachemi Guellil

© D.R.

Le sort semble s’acharner sur les chanteurs kabyles de la région du Sahel à Béjaïa. Après le décès de deux chanteurs d’Aokas, Azzedine Berkouk et Madjid Adrar en l’occurrence, c’est le chanteur emblématique de la commune de Melbou, Hachemi Guellil, qui s’est éteint, lundi, à son domicile à Tizi El-Oued.
Né en 1954, Hachemi s’est intéressé très tôt à la musique en touchant à plusieurs instruments, dont la mandole, la flûte et l’accordéon. En 1983, il tenta sa première expérience en enregistrant l’album JSK. L’opus abordant également les thèmes de l’amour, la malvie et la mère ne tarda pas à gagner les faveurs des amateurs du folklore kabyle et de confirmer le talent de l’artiste. Le chanteur s’intéressant beaucoup au monde de la culture crée, l’année suivante, une troupe de danse folklorique pour jeunes et prend part à plusieurs activités artistiques à Béjaïa. L’expérience n’ayant pas fait long feu, il retourne au studio en 1987 pour l’enregistrement d’un deuxième album. Cette fois, c’est à Azazga, dans le studio Yugurthen, qu’il enregistre le titre Aygher où il associe deux jeunes de la localité pour les chœurs et qui sera commercialisé l’année suivante. Après un dernier album Chômage qu’il édite au début des années 90, dans une maison d’édition qu’il a créée à Melbou, il entreprend de former la troupe folklorique Idhebalen. Après avoir sillonné plusieurs villes d’Algérie avec sa troupe pour prendre part à des fêtes de mariage et autres festivals, Hachemi Guellil est contraint à prendre du recul en raison d’une santé chancelante.
Après une lutte difficile contre la maladie, il s’éteint dans son domicile en début de semaine, jetant ainsi l’émoi parmi la population de sa région. Il a été enterré dans son village en présence d’une foule nombreuse de proches, d’amis et d’artistes de la région. Celui qui est connu pour être à l’origine de l’intérêt porté par beaucoup de jeunes de Melbou à la musique a laissé derrière lui cinq enfants.


Hakim Kebir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER