Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Culture

Democratoz et Khaïra Arby enflamment la scène

Avec des chansons puisées de son répertoire, la toute jeune formation oranaise a fait vibrer le campement de Tidsi qui, faut-il le signaler, grouillait de monde venu des quatre coins de la wilaya pour assister à ce que le commissariat du festival qualifie de la grande surprise du Fiaata 2013.

L’avant-dernière soirée du Festival internationale des arts de l’Ahaggar Tin-Hinan Abalessa a marqué les chanceux présents qui se souviendront sans nul doute de l’intensité et de la prestation du groupe oranais Democratoz. Ce dernier s’est produit en digne roi du reggae à la faveur de la 5e journée du festival. Le ténor emblématique de la capitale de l’Ouest a ainsi partagé des moments forts en intensité avec un public mélomane qu’il découvre pour la première fois dans sa carrière musicale. Avec des chansons puisées de son répertoire, la toute jeune formation oranaise a fait vibrer le campement de Tidsi qui, faut-il le signaler, grouillait de monde venu des quatre coins de la wilaya pour assister à ce que le commissariat du festival qualifie de la grande surprise du Fiaata 2013.
En effet, c’est ce que le public, bercé 30 minutes durant par des sonorités percutantes et qui procurent plaisir et détente aux cœurs les plus endurcis, affirme sans façon. Le groupe, qui a pris part aux grands événements internationaux, a utilisé des structures rythmiques marquées par le son percutant de la guitare électrique et des coups de caisse synchronisés auxquels s’ajoutait la basse pour assurer le fondement mélodique au rythme de ce style populaire. Democratoz a, depuis la capitale de la légendaire Tin-Hinan, fait découvrir aux imuhagh un style aux expressions musicales jamaïcaines mais plus personnalisé par le talent et son expérience avérés. Visiblement subjuguée par la splendeur du site du festival et son décor pierreux qui inspire plus d’un, la troupe s’est produite en parfaite complicité avec le public du Fiaata.
Le Jamaïcain Max Roméo, qui figure sur la liste des nouveaux artistes devant animer la 5e soirée de cette édition, a manqué l’événement pour des raisons qui demeurent toujours inconnues. Les organisateurs indiquent toutefois que “Roméo a dû annuler son concert pour des raisons de sécurité”. Cependant, cet incident reste loin de décevoir les imuhagh qui ont vécu des moments inoubliables avec son remplaçant, la diva Khaira Arby de Tombouctou (Mali).
Celle-ci, improvisée à la dernière minute, a pu donner un spectacle qui a fait voyager le public du site de Tedsi. Avec sa voix puissante et limpide et sa présence imposante sur scène, Khaira Arby a chanté, dans toutes les langues parlées dans sa ville, la beauté du désert, l’âme de Tombouctou, tout en dénonçant les violences perpétrées contre les femmes et l’analphabétisme, le tout avec des mélodies jazzy, voire rock parfois, qui accompagnent les compositions de la diva au tindé, à la calebasse ou à la guitare artisanale. La scène a été cédée au groupe local d’imzad.
Ce dernier a, de son côté, montré encore une fois que le violon traditionnel monocorde fait toujours la fierté de la femme targuie. Rappelons que la clôture du Fiaata est prévue pour ce soir avec, à l’affiche, une constellation d’artistes. Le Super Rail Band de Bamako (Mali), Badi Lalla de Tamanrasset et le groupe Raïna Raï de Sidi Bel-Abbès sont ainsi attendus par un public qui a soif d’ambiance et de rythme. Des troupes locales, à l’exemple de Degdouga, Mohamed Toumi, Djellouli Hocine et Itran n’Ahaggar vont, quant à elles, se produire encore sur la scène d’In Salah, à 700 km de Tamanrasset.

R K