Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

11e salon national “Djurdjura” du livre de Tizi Ouzou

Des livres en braille et en audio pour les non-voyants

Cette édition, qui se tient depuis le 10 décembre, a été ponctuée de diverses activités culturelles, notamment des ventes-dédicaces et des projections. Aussi, ce rendez-vous rendra hommage aux non-voyants à travers une rencontre autour de la publication et l’édition en braille.

La 11e édition du Salon “Djurdjura” du livre  qu’abrite la bibliothèque principale de lecture publique de Tizi Ouzou depuis le 10 décembre, et à laquelle participe plus de 40 maisons d’édition bat son plein depuis son ouverture et offre aux lecteurs  une panoplie d’ouvrages pour tous les âges et tous les goûts ! Un rendez-vous qui, désormais, offre aussi à la frange des non-voyants  l’occasion de lire puisque des ouvrages sur des supports en braille et en audio ont été présentés à l’occasion. Dans ce sillage, il est prévu demain à la bibliothèque principale de lecture publique une rencontre autour de la publication et de l’édition en braille qui sera animée conjointement par Amalou Abderrahmane, poète et écrivain, Matari Dahmane, responsable de la bibliothèque des non-voyants à la Bibliothèque nationale d’El Hamma, Hadjadj Ouali, enseignant en informatique spécialisé pour les non-voyants au CFPA de Kouba (Alger) et enfin Choukri Rezki, enseignant de lettres arabes et d’informatique spécialisée à l’école des non-voyants de Boukhalfa à Tizi Ouzou.    
Par ailleurs, dans la journée de mardi, les responsables du Salon ont tenu à rendre hommage au moudjahid et écrivain Salah Mekacher et à la mémoire du défunt moudjahid et ancien journaliste Zahir Iheddaden. Aussi, les lecteurs ont été conviés à un café littéraire animé par les auteurs Hocine Haroun et Lynda Koudache alors que dans l’après-midi, une rencontre autour de “L’écriture-jeunesse” animée par les romanciers Djamel Mati, Amina Mekhali et Lynda Chouiten était au menu.
 Durant la même journée, et dans de nombreuses localités de Kabylie telles que  Makouda, Draâ El-Mizan, Iferhounène et Illoula Oumalou,  des concours culturels sur le patrimoine historique ont été organisés sous le thème  “Lieux et mémoire : la  maison où a été tirée la proclamation  du 1er Novembre 1954, monument historique national au village d’Ighil Imoula”. Pour ce qui est du programme d’aujourd’hui, la journée sera marquée, à la bibliothèque principale, par une rencontre avec Mohammed Attaf, écrivain et poète, suivie d’une autre avec Abdelkader Bendamache, président du Conseil national des arts et des lettres qui sera suivie d’une cérémonie de  remise de cartes professionnelles aux artistes de la wilaya. Par ailleurs, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri, il est programmé un atelier de contes avec Mme Benmouhoub El Djouher ainsi que la projection d’un film documentaire en hommage à Salah Mekacher. Il est à rappeler qu’à l’occasion de cette  11e édition du Salon Djurdjura du livre, qui a été délocalisé dans d’autres localités de la wilaya, notamment Azazga, Aïn El Hammam, Draâ El Mizan et Djemaâ Saharidj, il a été lancé un concours d’écriture en tamazight pour le prix “Ungal”. Initié, selon les organisateurs, dans l’objectif de promouvoir et de valoriser la culture et encourager la production littéraire en tamazight. Enfin, il est à noter que la clôture aura lieu ce samedi  à partir de 14 h à la bibliothèque principale de Tizi Ouzou  


K. Tighilt


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER