Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Actualités

Hommage à Mahmoud Darwich par “Beït echiir el-Djazaïri”

Dix années d’une présence absence

Projection d’un documentaire sur Darwich ©Bendris-Oulebsir/ Liberté

À l’occasion du 10e anniversaire de sa disparition, un hommage a été rendu à Mahmoud Darwich par Beït echiir El-Djazaïri. Cette rencontre a vu la participation de quelques poètes algériens et palestiniens au palais de la culture Moufdi-Zakaria.

Voilà 10 ans que nous a quittés le grand poète palestinien Mahmoud Darwich. Il est parti, mais sa poésie reste présente et l’émotion qu’il suscite chez ses lecteurs reste constante. En commémoration du triste anniversaire de sa disparition, Beït echiir El-Djazaïri, à sa tête le poète Slimane Djouadi, sous l’égide du ministère de la Culture, a organisé, samedi 8 septembre, une rencontre qui a vu la participation de quelques poètes algériens et palestiniens, en présence du ministre de la Culture, de monsieur l’ambassadeur de la Palestine et de quelques personnalités de la scène culturelle. “L’année 2018 a été déclarée par l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alesco), année de Mahmoud Darwich’’, dira monsieur Azzedine Mihoubi dans son allocution d’ouverture, signalant tout de même : “Indépendamment de cela, il est de notre devoir de commémorer cette icône de la poésie palestinienne et arabe, ce grand ami de l’Algérie qui a préféré le passeport algérien à tous les autres passeports qui lui ont été proposés à l’époque de son exil”. L’Algérie qui se souvient de sa belle et émouvante prestation au Palais des Congrès, un certain 15 novembre 1988, aux côtés de Yasser Arafat, à la lecture de la Proclamation de la création d'un État palestinien dont la capitale sera Jérusalem - texte rédigé par ses soins, avec l’aide d’Edward Saïd et Elias Khoury. Un rappel nécessaire qui va de pair avec l’allocution très prononcée de l’ambassadeur de la Palestine, M. Louaï Aïssa, qui est revenu longuement sur la situation d’injustice et les campagnes d’extermination que vit le peuple palestinien sous les yeux indifférents du monde, non sans évoquer la solidarité constante et infaillible de l’Algérie, terre d’une Révolution qui lui a donné l’exemple. Et Mahmoud Darwich a été de toutes ces révolutions par sa verve éloquente et sa poésie tranchante qui en avait ébranlé plus d’un, jusqu’au sinistre Sharon qui restait admiratif devant sa fougue poétique. Et malgré ce talent reconnu et admiré de tous, Darwich, dans son humilité légendaire dira : “La poésie est un gouffre. J’ai le sentiment de n’avoir rien écrit.” Une modestie à la hauteur de son talent, auquel sont venus rendre hommage quelques-uns de ses condisciples palestiniens et algériens dont Mustapha Hamdane, Abdelkader Rabhi, Abdelhalim Mekhalfa, Ouday Chatat et Riadh Mansour par la déclamation de leurs vers. Notons tout de même avec regret l’absence de la poésie au féminin en hommage à celui qui a pourtant clamé l’amour, la mère et la femme. Quelques extraits de la poésie de Darwich ont également été traduits et lus en tamazight, suivis d’un beau poème de l’artiste Lounis Aït Menguellet pour dire toute la symbolique d’une Révolution par la plume et d’un combat par la culture et pour la liberté. La projection d’un film documentaire intitulé Mahmoud Darwich a dit, réalisé par le Centre international de presse, a ravivé l’émotion que suscitent à chaque fois la vue et l’écoute de celui qui a dit “Sur cette terre, il y a ce qui mérite vie : sur cette terre, se tient la maîtresse de la terre, mère des préludes et des épilogues. On l’appelait Palestine. On l’appelle désormais Palestine. Ma Dame, je mérite la vie, car tu es ma Dame.”

Samira Bendris Oulebsir


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER