Scroll To Top
FLASH
  • Le procès de Kamel Chikhi, dit "El Boucher", est reporté au 19 juin sur demande ses avocats.

Culture / Culture

Soolking sort le titre Liberté

Du vitriol contre le régime, du baume au cœur des révoltés

© D.R.

“Mais c’est fini, le verre est plein. En bas ils crient, entends-tu leur voix ? La voix de ces familles pleine de chagrin, la voix qui crie pour un meilleur destin”. C’est en ces mots, chargés d’émotion et de colère, que Soolking s’adresse aux tenants du pouvoir.

“Paraît que le pouvoir s’achète. Liberté, c’est tout ce qui nous reste. Si le scénario se répète, on sera acteurs de la paix. Si faux, vos discours sont si faux. Ouais si faux qu’on a fini par s’y faire”.
C’est le texte d’une nouvelle chanson de Soolking, intitulé Liberté, qui fait d’ores et déjà un triomphe et qui galvanise les foules déchaînées contre le 5e mandat et le pouvoir politique en place. Une chanson qui arrive à point nommé. “Mais c’est fini, le verre est plein. En bas ils crient, entends-tu leur voix ? La voix de ces familles pleine de chagrin, la voix qui crie pour un meilleur destin”.
C’est en ces mots, chargés d’émotion et de colère, que Soolking s’adresse aux tenants du pouvoir. Le chanteur, de son vrai nom Abderraouf Derradji, natif de Baïnem (Alger) s’affirme ainsi comme une des voix qui interprètent le mieux la colère des manifestants et d’un mouvement qui ne s’essouffle point. “Excuse-moi d’exister, excuse mes sentiments. Et si je dis que je suis heureux avec toi je mens. Excuse-moi d’exister, excuse mes sentiments, rends-moi ma liberté je te le demande gentiment”, enchaîne Soolking dans sa Liberté, déchargeant tout son vitriol contre ceux qui semblent n’avoir pas encore entendu la voix du peuple. Dans le clip de la chanson, vu déjà par près de 3 millions de personnes, 24 heures seulement après son atterrissage sur Youtube, Soolking a bien joué l’effet visuel, mariant la noirceur et la tristesse du décor à la lumière de feu de cheminée. Tout un message.
Une belle métaphore sur l’état d’un pays et sur un espoir qui renaît de ses cendres. Avec Liberté, Soolking, ce rappeur algérien, qui fait fureur en France et dans les pays maghrébins, célèbre à nouveau son ascension entamée en France depuis quelques années, où il trouve du succès grâce notamment à Milano, Guérilla, avant de connaître une renommée internationale avec “Paroles… Paroles” de Dalida. “La liberté, c’est d’abord dans notre cœur. La liberté, nous ça nous fait pas peur”, des paroles d’une rare profondeur. Liberté ne fait que rééditer les exploits de Milano et de Guérilla qui ont fait la renommée de Soolking. “Ils ont cru qu’on était morts, ils ont dit bon débarras. Ils ont cru qu’on avait peur de ce passé tout noir. Il n’y a plus personne que des photos, des mensonges. Que des pensées qui nous rongent. C’est bon emmenez-moi là-bas. Oui, il n’y a plus personne, là-bas, il y a le peuple, Che Guevara, Matoub, emmenez-moi là-bas.” Ces mots, ces bribes de refrain en disent long sur la rage de tout un peuple. Sur sa soif de liberté.
Le rappeur est une véritable révélation. Son premier album solo intitulé Fruit du démon a été vendu à 18 358 exemplaires lors de sa première semaine d'exploitation. L’année dernière, l'album est certifié disque d'or, ainsi que le single Dalida, alors que le titre Guérilla est, lui, certifié single de platine. Cette année, Soolking a sorti un clip pour sa chanson Rockstar. Et Quelques semaines plus tard, il sort un clip pour sa chanson Youv (BO du film Walter). Liberté en est le troisième. Le plus poignant !


Ali Titouche  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER