Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

…SOUFFLES…

Écrivains de Facebook ou gardiens du lit ?

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Dans l'histoire de la musique, et je ne suis pas historien de cette chose belle et fascinante, existe des choses atroces, voire barbares ! Une cruauté aveugle exercée sur les uns donne le plaisir musico-charnel pour quelques-uns d'autres ! Depuis la nuit des temps, les traditions musicales ancestrales enregistrent des faits abominables dont les victimes ne sont que les musiciens eux-mêmes.

La règle de ce fait barbare exige la sélection d'un ensemble de jeunes musiciens, triés selon leurs belles voix, par le roi et le chef d'orchestre royal qui seront chargés de deux fonctions délicates ! La première fonction c'est l'appartenance des sélectionnés au chœur de l'orchestre royal. Une possession à vie. La deuxième c'est d'accomplir la fonction du gardien du lit de la reine. Et pour accomplir cette double mission il faut que le distingué admet la désirable épreuve royale. Ainsi celui qui est choisi pour être membre du chœur de l'orchestre royal ou gardien du lit doit être castré ! D'après la tradition royale barbare, la castration est pratiquée sur les chanteurs du chœur, à l'âge de quatorze ans, peut-être un peu moins ou un peu plus, peu importe, avant que les cordes vocales de ces derniers ne perdent leur air musical, leur souffle féminin précoce. On castre un jeune avant l'âge de la puberté pour que sa voix ne se masculinise pas. C'est atroce ! Je ne suis pas musicologue ! Par cet us barbare de castration, on prouve combien il est magique le rapport entre la voix et la virilité. Et afin de ne pas trahir le lit royal, le gardien du lit de sa majesté la reine ne doit pas avoir des testicules pleins ! Mais pourquoi je vous raconte tout cela ? Peut-être pour vous dire qu'avant l'air de Facebook, de Twitter et l'internet, les gens qui écrivaient avaient des testicules. Les articles envoyés aux journaux étaient signés par leurs vrais noms. Et pour être vrai, sans falsification aucune, des écrivains ou journalistes n'hésitaient pas d'envoyer leurs écrits accompagnés de la photocopie de leur carte d'identité nationale légalisée par les services concernés de la mairie du village ! Ces écrivains journalistes étaient fiers de leurs testicules, de leur vérité, de leur miroir, de leur voix. Ils ne voulaient ni la mission de chanteur de chœur ni membre de la garde royale du lit de la reine. Certes, la révolution technologique en communication a son effet positif sur la liberté d'opinion et d'expression, mais des écrivains et des journalistes de Facebook et de Twitter se découpent eux-mêmes leurs testicules ! Une autre peur est installée. Beaucoup d'entre eux se cachent derrière des noms fictifs, des faux noms, afin de critiquer leurs adversaires. Ils sont aussi derrière des propagandes pour faire de leurs noms des héros de la littérature ou du courage politique ! Sans nostalgie aucune, le temps de papier, de la photocopie de la carte nationale légalisée et le cachet rond de la mairie tout cela symbolise une sorte de virilité intellectuelle. Sans refus de la modernité aucun, le temps de Facebook, de Twitter et d'internet et les commentaires des articles dans des journaux on line avec des noms camouflés a produit l’ère des écrivains gardiens du lit ! Sans colère aucune, mais attrapé par une tristesse profonde, je médite sur l'espace intellectuel algérien entaché, et j'observe les rangs des castrés, des émasculés contents de jouer le rôle des gardiens du lit de la reine, même si cette reine n'est qu'illusion !


A. Z.
aminzaoui@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER