Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Yasmine Ammari, chanteuse et comédienne, à Liberté

“Envie de sortir un titre sur la beauté de notre pays” (VIDÉO)

©L’artiste Yasmine Ammari.

La chanteuse Yasmine Ammari s’est démarquée dès son jeune âge par son timbre de voix unique. En 2015, elle cartonne avec son titre Danser le raï, qui passait en boucle à la radio. Ayant plus d’une corde à son arc, cette autrice-compositrice a également joué dans le sitcom Achour El-Acher de Jaafar Gacem, où elle a campé le rôle de Razane. Rencontrée lors du lancement de la deuxième saison du feuilleton El-Khawa, Yasmine Ammari revient dans cet entretien sur son expérience dans l’émission “The Voice” et de comédienne.

Liberté : Vous avez participé au télécrochet “The Voice” sur la chaîne TF1. Suite à l’audition à l’aveugle, vous avez franchi toutes les étapes en atteignant la demi-finale. Pouvez-vous nous parler de cette expérience qui vous a permis d’accèder à la scène musicale française ?
Yasmine Ammari :
Ma participation dans l’émission “The Voice” était une grande expérience, et j’ai adoré y participer. C’est une aventure humaine et à la fois très professionnelle, il y a eu de très belles rencontres, et je ne regrette pas du tout de l’avoir fait. L’émission m’a apporté beaucoup de choses, car les cultures française et algérienne n’ont rien à voir. Il faut savoir que le public francophone est différent et il attend de vous autre chose, car il préfère la simplicité. En revanche, les artistes algériens se lâchent plus sur scène, nous mettons plus de couleur, et utilisons plus de vibes dans nos chansons. Nous n’avons pas de limites ! Cette expérience m’a permis également de travailler avec des coaches de haut niveau qui ont travaillé avec Céline Dion, Mariah Carey et d’autres grandes voix de la chanson.

Vous avez opté pour Florent Pagny comme coach… Était-ce le bon choix ?
Florent Pagny est très professionnel, très généreux, et il respecte l’artiste. Il n’a pas tenté de changer notre manière d’interprétation, d’ailleurs il disait qu’il était plus un téléspectateur qu’un coach. Il a aimé ce que je présentais, et il n’y a jamais eu de conflit mais que du positif avec lui.

Suite à votre participation à cette émission, avez-vous été contactée par des producteurs français ?
Non, pas encore, pour le moment je n’ai pas été contactée par des producteurs. La finale de “The Voice” a eu lieu le 11 mai. Sincèrement, je ne sais pas s’ils vont me contacter ou pas ! J’ai donné le meilleur de moi-même, et j’aimerais entamer une carrière et sortir un album en France.

Vous faisiez le buzz sur les réseaux sociaux après chacun de vos passages dans le télé-crochet. Pensiez-vous remporter autant de succès auprès des téléspectateurs algériens ?
Je n’imaginais pas remporter autant de succès auprès des téléspectateurs algériens. Mes vidéos ont atteint les millions de vues. J’ai reçu sur les réseaux sociaux de magnifiques commentaires, et un soutien énorme de la part des Algériens et je tiens à les remercier pour ce geste.

N’avez-vous pas ressenti de la frustration en sortant aux portes de la finale ?
Franchement, j’étais ravie déjà d’être arrivée jusqu’en demi-finale. Pour moi, c’était énorme et je ne m’y attendais pas. D’ailleurs, cela s’est vu lors de l’annonce du finaliste par Nikos Aliagas. J’étais aussi heureuse de partir, car ma famille me manquait, et me suis dit même si je sors aujourd’hui, j’ai donné le meilleur de moi-même.

De retour au pays, avez-vous un album en préparation ?
Je viens de terminer l’émission, et je suis épuisée. C’est une émission stressante, car nous n’avons pas droit à l’erreur. J’ai tout fait pour bien représenter l’Algérie et c’était une responsabilité énorme pour moi. Plus tard, j’aimerais sortir une chanson pour le pays, une chanson qui parle de la beauté de notre pays, j’ai toujours été nationaliste. Pour le moment, j’ai envie de me reposer, mais je ne peux pas rester sans créer, sans chanter et je ferai cela très rapidement. D’ailleurs, j’ai des dates de concerts pour le mois de Ramadhan.

Outre votre métier de chanteuse, vous êtes aussi comédienne. Les téléspectateurs vous ont découvert dans la sitcom Achour El-Acher, et pour ce Ramadhan vous figurez dans le casting de la 2e saison d’El-Khawa…
Dans El-Khawa, je n’ai pas pu avoir un très grand rôle, mais il est assez important. Par ailleurs, le peu de séances de tournage que j’ai eues sur cette série étaient différentes de Achour El-Acher, car ce ne sont pas les mêmes comédiens, ni la même production et ce n’est pas du tout le même rôle. Il n’a rien à voir avec le personnage de Razane. J’espère que je vais plaire !

Après cette expérience dans l’audiovisuel, pensez-vous à jouer au cinéma ?
J’aimerais bien jouer dans un long métrage, j’envisage de le faire, car le cinéma m’attire. C’est vrai que c’est nouveau pour moi, mais c’est tellement lié avec la musique et l’art. Dans mes chansons, je rentre dans mes personnages, je raconte des histoires et je trouve que c’est lié, car je raconte une histoire. Dans El-Khawa, j’ai endossé un personnage, et dans mes chansons je fais pareil, et ce, même si ce n’est pas ma vie, je vis l’histoire qu’elle raconte.

Entretien réalisé par : Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER