Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

11e festival international d’Oran du film arabe (Fiofa)

Hommage à Farouk Beloufa et Chadia

Un hommage sera rendu au défunt cinéaste algérien Farouk Beloufa, lors de la 11e édition du Festival international d’Oran du film arabe (Fiofa), prévue du 25 au 31 juillet en cours, a-t-on appris samedi auprès des organisateurs. Farouk Beloufa, décédé d’une longue maladie en France, le 9 avril dernier, est l’auteur de Nahla, un classique du 7e art algérien et arabe, produit par la RTA en 1979.
Nahla raconte le destin d’un journaliste algérien, Larbi, pris dans la tourmente de la guerre civile au Liban. Tourné à Beyrouth, le film met également en valeur trois personnages féminins : Maha, une journaliste libanaise ; Hind, une militante palestinienne, et Nahla, une chanteuse palestinienne, très prometteuse. Les organisateurs du Fiofa ont également prévu un hommage à la comédienne égyptienne Chadia, de son vrai nom Fatima Kamel Chaker (1931/2017), distribuée dans plus de 110 longs métrages et feuilletons télévisés, comme elle a enregistré de nombreuses chansons. Icône du 7e art arabe, Chadia a marqué les cinéphiles avec son rôle dans le film Maaboudatou el djamahir dans lequel elle a donné la réplique au grand chanteur Abdelhalim Hafedh. Par ailleurs, pour cette onzième édition, 30 œuvres (10 longs métrages, 10 courts métrages et 10 documentaires) seront en compétition pour décrocher les différentes distinctions, dont le grand prix le “wihr d’Oran” (lion d’Oran). Selon des sources proches des organisateurs, l’Algérie sera en compétition avec deux longs métrages Jusqu’à la fin des temps de Yasmine Chouikh et Nous n’étions pas des héros de Nasredine Guenifi, adapté du livre le Camp de Abdelhamid Benzine.
Parallèlement au volet compétition, les organisateurs ont prévu trois ateliers de formation dédiés à “la production du court métrage”, au “scénario du film de fiction” et à “la conception des effets visuels”. Lors de la précédente édition, le film de l’Algérien Karim Moussaoui En attendant les hirondelles a remporté le grand prix du festival, rappelle-t-on.


APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER