A la une / Culture

"Nuit Blanche 2017" à Paris

Hommage aux victimes des massacres du 17 octobre 1961

Deux jeunes artistes français, Jeanne Gillard et Nicolas Rivet, appellent à participation à “Nuit Blanche 2017”, un projet mémoriel organisé dans la nuit de samedi prochain, en hommage aux victimes algériennes des massacres du 17 octobre 1961.
Dans leur appel à participation à ce projet, les deux artistes, qui s’intéressent aux objets dans leur contexte géographique, politique et social, ont expliqué que ce projet souhaite rendre hommage “au courage et à la détermination des manifestant(e)s de la nuit du 17 octobre 1961 par un geste anonyme et silencieux le soir de la Nuit blanche”, précisant que ce geste consiste à allumer les feux de son véhicule de transport (voiture, vélo, moto, scooter, etc.) et le laisser stationné durant la nuit, de 19h00 à 7h00, dans une rue du quartier de la Chapelle (18e arrondissement de Paris). “Le 5 octobre 1961, en pleine guerre d’Algérie, un couvre-feu est promulgué par le préfet de police de Paris Maurice Papon. La mesure touche ceux qui sont désignés comme’Français musulmans d’Algérie’, rendant leur vie quotidienne intenable. Le 17 octobre, ils sont des milliers de femmes, d’hommes et d’enfants, à braver le couvre-feu pour venir manifester pacifiquement dans la capitale”, a rappelé le texte de l’appel, dont l’APS a obtenu une copie, soulignant que “la police, chauffée par les exhortations à la fermeté du préfet de police, réagit avec une rare brutalité”. Il a ajouté que les autorités politiques, “après avoir planifié et exécuté le crime, ne s’estiment pas obligées d’en rendre compte”, faisant observer que “ce crime d'État demeure de nos jours impuni. Il a frappé des citoyennes et des citoyens pacifiques qui réclamaient simplement leurs droits. Il continue de nous parler à travers les temps et les révoltes soudaines et imprévues des peuples que l’on croyait soumis”, a-t-il conclu. Pour ces deux artistes d’arts plastiques, si de nos jours, la terreur de la nuit du 17 octobre 1961 est citée dans de nombreuses études universitaires et a fait l’objet “d’une importante  production de rapports et d’articles, la transmission de cette mémoire au sein de la population française demeure inachevée”.
Durant la nuit de samedi, “Nuit Blanche” s'emparera de la ville de Paris autour du thème “Faire œuvre commune”, selon la présentation de la mairie de Paris. Pour cette édition, l’objectif est de célébrer la création en collectif entre artistes ou citoyens qui  souhaitent faire bouger les représentations et les perceptions, selon la même source.

APS