Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Les neveux et le producteur de l’artiste témoignent

Il était la fierté de ses proches

“Il était à la fois attaché à son pays, à sa région qui l’a vu naître, à sa famille et surtout aux valeurs ancestrales toujours sur fond de modernité, il a universalisé la chanson kabyle, et aujourd’hui, il nous a légué
un patrimoine”, confie Mohand Oubelkacem Kheddam, à propos de son oncle dont il assistait à l’enterrement comme les plusieurs milliers de personnes qui ont fait le déplacement jusqu’à Bou- Messaoud pour l’accompagner à sa dernière demeure.
Pour cet ancien inspecteur d’enseignement en retraite, “Chérif Kheddam est tout simplement né pour être artiste”. Un artiste complet qui avait, dit-il fier, l’art dans les gènes, la sensibilité à fleur de peau et beaucoup d’amour dans son cœur. Évoquant son art musical, le neveu de Chérif Kheddam explique que son oncle “est toujours allé au complexe laissant de côté le plus simple”. Il chantait, dit-il, les valeurs humaines, les spécificités culturelles de la Kabylie, l’identité pour laquelle il avait toujours pris un engagement intellectuel et non politique. Il a chanté surtout la beauté de la vie et de la femme, poursuit-il. Concernant la femme justement, il se rappelait de son oncle dire : “Le vrai hidjab qu’une femme peut porter c’est son éducation et non pas le hidjab conventionnel.”  
La même fierté est exprimée par un autre cousin du défunt. C’est Tayeb Kheddam qui lui a consacré un livre biographique. Lui qui le connaissait tant se rappelait aussi du temps où grâce au Tunisien El Jamoussi, il commença à s’intéresser à la musique orientale et grâce au professeur Lami, à la musique occidentale, allant ensuite de perfection en perfection. Son producteur, Tahar Boudjelil, cet économiste qui l’a convaincu de reprendre avec son art après des dizaines d’année passées à aider les autres, plutôt à former toute une génération d’artistes dont Lounis Aït Menguellet, Ferhat Imazighen, Idir et Nouara. “Après sa reprise de la chanson, il a donné un nouveau souffle, un nouvel envol, il s’est surpassé malgré sa maladie et aujourd’hui on doit être tous fiers de lui. Il a réussi à donner à la chanson une dimension universelle”, a-t-il déclaré.


S L