Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / Culture

Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie, l’a déclaré hier à l’IFA

“Il faut que nous développions davantage nos activités vers le Sud”

© D.R.

Lors d’une conférence de presse donnée hier à Alger, plusieurs volets ont été évoqués sur la coopération culturelle algéro-française, notamment l’ouverture des “Espaces France” dans le sud du pays.

“Tout ce qui se fait à l’Institut français est particulièrement sensible et important. Important pour l’Algérie et la France”, a déclaré Xavier Driencourt, ambassadeur de France en Algérie. Cette déclaration a été faite lors d’une conférence de presse, organisée hier à l’Institut français d’Algérie (IFA), dans le cadre du lancement du “Printemps francophone et gastronomique”.
Dans son allocution, l’ambassadeur est revenu sur les projets de coopération culturelle entre les deux pays. Il a indiqué que ces activités que “la France mène en Algérie est un dossier extrêmement politique. Il illustre la relation entre les deux pays, et le complète dans tous les domaines d’activités culturelles”. Selon le conférencier l’IFA est l’un des plus “importants” dans le monde, et il est “riche” par ses activités, et ce, à travers les cinq instituts existant dans le pays. “Cela permet à la France d’intervenir dans un certain nombre de villes et nous comptons étendre ce dispositif avec l’accord des autorités algériennes, en essayant d’ouvrir des centres culturels, des annexes de l’IFA.” L’ambassadeur a précisé que ces établissements se situent principalement dans les villes du Nord, alors qu’ils sont inexistants au Sud.
À cet effet, une annexe appelée “Espace France” sera “ouverte à Ouargla à partir de septembre 2018” et de préciser : “Si ce dispositif fonctionne bien, nous l’étendrons à d’autres villes.” Tout en ajoutant : “Il faut que nous développions davantage nos activités vers le Sud. Nous avons eu le feu vert des autorités algérienne et française. Nous allons essayer  d’étendre ces espaces à Tamanrasset, à Béchar…” Autres projets en cours de développement, le lancement d’une caravane culturelle mobile qui sillonnera les villes.
Pour sa part, Gregor Trumel, conseiller de coopération et d’action culturelle et directeur de l’Institut français d’Algérie, installé il y a seulement six mois à Alger, a soutenu : “Je vais contribuer, avec l’aide de l’ambassadeur, au développement et au dynamisme de l’IFA, et ce, au service du public algérien.” Il a rappelé que pas moins de 600 événements sont organisés par an, et sont fréquentés par 100 000 personnes. Concernant le volet des cours en langue française, l’Institut français d’Alger compte 8 000 étudiants.
À propos des deux événements “Semaine de la francophonie” et “Goût de France”, ils auront lieu simultanément du 17 au 25 mars, au niveau des cinq instituts. Dans une programmation éclectique, le second événement cité fera découvrir la gastronomie hexagonale et sera ponctuée par diverses activités. Quant à la “Semaine de la francophonie”, elle sera inscrite autour de différentes rencontres, notamment la grande dictée de Julien Lepers, un grand quizz francophone qui aura lieu le 20 mars à partir de 15h, à la salle El-Mougar.


Hana Menasria


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER