Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Le film égyptien a été projeté en avant-première maghrébine à Hassi Messaoud

“Ishtibak”, un voyage au cœur de l’enfer

À notre époque, l’homme peut-il faire preuve d’humanité ? Dans un climat de guerre et de chaos, pensera-t-il à aider son prochain ? Est-ce que nos appartenances sociales, politiques, et idéologiques font de nous des individualistes ? Dans son œuvre Ishtibak (clash), le réalisateur Mohamed Diab a tenté de répondre à ces interrogations d’une manière très violente et angoissante. Projetée en avant-première maghrébine, dimanche dernier, dans le cadre des rencontres cinématographiques de Hassi Messaoud, cette œuvre a tenu en haleine le public fort nombreux à la salle du 5-Juillet (base GTP).
Nous sommes en Égypte, le président Morsi vient d’être destitué par l’armée. Suite à cet évènement, les Frères musulmans gagnent les rues du Caire pour revendiquer leur mécontentement. Un reporter américain d’origine égyptienne, accompagné d’un photographe, se font embarquer dans un bus antiémeute, et dès cet instant, le spectateur est accroché par cette séquence. Le film nous plonge directement dans une atmosphère apocalyptique, mais qui sera vécue durant 97 mn dans un camion. Après l’arrestation des journalistes, d’autres personnes sont emprisonnées ; une famille, des jeunes, des hommes d’un certain âge… Le crime de ces personnages, est qu’ils étaient au mauvais endroit et au mauvais moment. Ils sont tout bonnement accusés sans preuve irréfutable d’appartenir au mouvement des Frères musulmans. La particularité de ces gens-là, est qu’ils sont d’appartenances sociales, religieuses et politiques différentes. Après une brève présentation de ces protagonistes, la trame du film commence réellement lors de l’embarquement de personnes extrémistes membres du mouvement des FM. Alors la discorde commence entre les deux clans. Roulant des heures durant dans ce bus, les “héros” tentent de trouver un moyen de sortir de ce guêpier, oubliant parfois leurs divergences religieuses et politiques. Du véhicule, on aperçoit les manifestations d’une extrême violence : les partisans de Morsi font face aux flics et détruisent tout sur leur passage. En parallèle, les personnages suffoquent, tremblent de peur, et s’inquiètent pour leur avenir. Cette situation crée chez le spectateur un mal-être, comme un sentiment de claustrophobie ; il a l’impression d’être dans ce bus, tout en partageant le malheur de ces hommes. Ce sentiment a été généré par une technique de tournage considérée comme erronée par les professionnels, mais Mohamed Diab a su relever le défi, et ce, en faisant porter la caméra sur l’épaule. Cette démarche, nous plonge avec profondeur dans le film, car, cela permet de rester dans le bus, et d’apercevoir le conflit dans les rues de loin.
Outre le côté politique, cette œuvre se veut surtout humaine. Malgré leurs différends, ces gens-là, s’entraident et s’épaulent. D’ailleurs, à un certain moment, ils oublient leurs opinions, et valeurs. Car ils apprennent que dans la difficulté, il vaut mieux tendre la main à l’autre. Au fil du long métrage, ce bus devient un personnage important, il représente l’Égypte d’aujourd’hui, dans sa diversité, et ses conflits. À travers Ishtibak”, Mohamed Diab donne une belle leçon d’humanité, en démontrant que l’homme peut faire preuve d’empathie envers son “frère”, malgré le désordre qui règne dans le monde. À ce propos, le comédien Tarek Abdelaziz, l’un des protagonistes du film, a indiqué lors du débat que “ce film se veut plus une histoire humaine que politique”.   

       
H. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER