Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Festival culturel nord-africain de Montréal

Issiakhem, empreintes et mémoires identitaires

© D.R

Plusieurs artistes plasticiens participent à cet événement qui interroge l’art comme instrument de réconciliation de conflits identitaires et de quête d’identité.

L’œuvre flamboyante de l’artiste peintre M’hamed Issiakhem sera revisitée à Montréal. Le Festival culturel nord-africain (FCNA) de Montréal organise, du 2 mai au 16 juin, une exposition intitulée “Empreintes et mémoires d’identités multiples”, à l’occasion de ses dix ans d’existence. Le vernissage est prévu pour ce jeudi par la commissaire de l’exposition Mehel, nous apprend le président du FCNA, Mourad Mehamli. L’événement est organisé en partenariat avec la Maison de la culture de Côtes-des-Neiges à Montréal. Plusieurs artistes plasticiens participent à cet événement qui interroge l’art comme instrument de réconciliation de conflits identitaires et de quête d’identité. Le questionnement est posé par les artistes Nadia Aït Saïd, Miloud Chennoufi, Ali Kichou, Mehel et Azzedine Mekbel qui, à l’occasion, présenteront des œuvres faisant écho à l’héritage que constitue le patrimoine culturel de la création artistique de M’hamed Issiakhem, soutiennent les organisateurs. “À travers des installations, des peintures et des sculptures, les artistes exploitent les symboles, les caractères ou le thème du portrait des femmes autochtones d’Afrique du Nord cher à Issiakhem”, lit-on dans un communiqué du Festival culturel nord-africain. Celui qui a rompu avec la peinture orientaliste pour adopter l’expressionnisme abstrait et le symbolisme constitue désormais un champ d’exploration pour des plasticiens qui ont, chacun, puisé dans leur histoire personnelle les éléments “pour exprimer et interpréter sa lecture de l’œuvre magistrale d’Issiakhem”, ajoute-t-on dans le communiqué. Durant cette exposition, les artistes participants tenteront de livrer une réflexion sur les symboles culturels et identitaires dans le 3e art. Le vernissage de l’exposition sera ponctué d’une conférence-débat de l’universitaire Miloud Chennoufi dont le thème portera sur “Symbole et identité dans l’expression artistique : regards croisés sur Issiakhem et Khadda”. Dr Chennoufi traitera de l’importance de l’utilisation des symboles et caractères des langues en arts plastiques (visuels), pour “se réapproprier une culture confisquée et perpétuer une mémoire ancestrale”. Natif d’Aghrib, dans la Kabylie maritime, M’hamed Issiakhem, considéré comme l’un des fondateurs de la peinture moderne algérienne, a légué à la postérité une œuvre monumentale qui met en valeur ses tendances esthétiques. Il est décédé le 1er décembre 1983.  


Yahia Arkat  


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER