Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

…SOUFFLES…

J’accuse… !

Amine Zaoui

J’accuse ces maîtres du commerce religieux juteux ! Intellectuel et syndicaliste tunisien éclairé, Tahar Haddad (1899-1935) est un défenseur farouche des droits civils de la femme en Tunisie et dans le monde arabo-musulman.

Et parce qu’avec respect et plaisir j’ai lu, et je continue toujours à relire Notre femme, la législation islamique et la société paru en 1930, ouvrage phare et exceptionnel de Tahar Haddad: j’accuse. Parce que j’aime la poésie d’Abou El Kacem Chabbi (1909-1934), écrivain tunisien rebelle dans un discours en fraîcheur et transparence, défenseur sans ménage de la liberté des peuples opprimés : j’accuse. Parce que je respecte beaucoup l’érudit  el alama Mohamed El Fadhel Ben Achour (1909-1970), penseur libre, homme d’el ijtihad. Et parce qu’il est le seul religieux qui a défendu le Code du statut personnel (CSP) en le définissant comme étant un impératif des temps modernes : j’accuse. Parce que j’ai une grande estimation pour le Président Habib Bourguiba, un homme d’État courageux, visionnaire  et hors du commun : j’accuse. Parce que j’aime  la Tunisie : j’accuse. J’accuse ce charlatan, prêcheur syrien, un chamelier wahhabiste qui a osé attaquer la femme tunisienne, produit de toute cette lumière. Le charlatan religieux s’appelle Mohamed Saklah al Monjed, résidant en Arabie Saoudite. Les charlatans, eux aussi ont leurs noms, et avant tout ils ont leurs écrans. Ce Monjed vient d’émettre une fatwa, sans précédent, unique dans toute l’histoire de l’Islam et des foukahas islamiques. Nous sommes dans le temps des fatwas, qui ne cessent de tomber en averse sur les têtes des femmes, d’un ciel haineux ! Ce prêcheur prénommé Al Monjed a déclaré dans sa fatwa ce qui suit : il est illicite, haram, aux musulmans de se marier avec les femmes tunisiennes ! Mais pourquoi ce cheikh interdit-t-il ce mariage ? Tout simplement parce que la femme tunisienne est bavarde ! Que signifie-t-il le mot “bavarder” dans la langue sainte de ce cheikh ? Être bavarde, au sens féminin, c’est réclamer ses droits. Pourquoi ce cheikh interdit-il le mariage avec la Tunisienne ? Encore, tout simplement parce que la Tunisienne pose des conditions inacceptables par le musulman. Mais, mon Dieu, quelles sont ces conditions inacceptables par le musulman, aux yeux de ce
cheikh ? Tout simplement, cette femme est égarée, elle soutient le droit à l’avortement et à l’adoption. Elle est contre la polygamie, droit divin pour l’homme musulman. En somme, ce cheikh a lancé sa fatwa à l’encontre de la femme tunisienne, arrière-petite-fille de cheikh Mohamed El Fadhel Ben Achour parce qu’elle est athée, parce qu’elle n’a pas rejeté le CPS qui défend la citoyenneté et la modernité.  Il ne faut pas, plutôt c’est haram, de se marier avec la femme tunisienne, arrière-petite-fille de Tahar Haddad, parce qu’elle fête les anniversaires !! C’est illicite de se marier avec une femme tunisienne, arrière-petite-fille du penseur Mohamed Talbi, parce qu’elle fête les nouvel-ans !! Cher ami Abelwahab Meddeb (1946-2014), toi  fils de Tunis, amoureux des maîtres soufis El Bistami, Sohrawardi et Ibn Arabi, militant des droits des femmes, depuis l’au-delà, tu nous regardes, triste, en ce temps maussade, tu nous recommande la lecture, ou la relecture, de ton livre : La maladie de l’Islam 2002. Pour faire barrage à la modernité, à la citoyenneté, pour rendre leur commerce religieux plus juteux, les charlatans salafistes  n’arrêtent pas de multiplier leurs attaques, en forme de fatwas, à  l’encontre des  faiseurs de lumière, les créateurs du bonheur : la femme, les écrivains et les artistes.

A. Z.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER