Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

LE PEINTRE ET SCULPTEUR RÉDHA CHIKH BLED À LIBERTÉ

“J’ai réalisé la statue de Raïs Hamidou pour l’immortaliser”

© Yahia Magha/Liberté

L’artiste Rédha Chikh Bled travaille à l’Unesco, où il intervient dans des conférences sur les arts plastiques et la sauvegarde du patrimoine. Dans les années 70-80, il a exposé dans de nombreux pays, il a réalisé également la statue de Raïs Hamidou (érigée au parc public de Bab El-Oued), et conçu les fresques murales du vieil Alger et la maquette de La Casbah (exposée au palais des Raïs, Alger). Avant de quitter la scène culturelle, il a publié en 2006 un beau-livre Algérie Lumière (édité par le ministère de la Culture) qui dresse un bilan de toutes ses œuvres picturales et sculpturales.

Liberté : Vous êtes un artiste polyvalent : peintre, sculpteur, concepteur maquettiste et poète. Comment avez-vous réussi à explorer tant de domaines artistiques ?
Rédha Chikh Bled : J’étais passionné par le dessin depuis mon jeune âge, j'ai obtenu plusieurs prix de dessin de fin d’année, après mes études secondaires. En 1971, juste après mon service national, je me suis inscrit aux Beaux-Arts d’Alger où j’ai étudié le dessin et la peinture. Étant de formation architecte d’intérieur, ces cours m’ont permis de consolider le domaine de l’architecture et de l’urbanisme. De 1976 à 1982, j'ai travaillé comme chef décorateur concepteur maquettiste en architecture au sein de diverses entreprises étatiques. J’ai travaillé aussi au bureau d’études et de restauration attaché à l’Unesco pour la rénovation des monuments et sites historiques où j'ai réalisé plusieurs projets. En 1983, j’ai décidé d'ouvrir mon propre bureau d’études et atelier à Alger, nommé Art et Déco. Et à cette période, j’ai réalisé des fresques murales, la maquette du parc zoologique, la maquette de vieil Alger, du vieux Constantine, maquette de La Casbah (exposée à Séville), actuellement au palais des Raïs à Alger. Plusieurs de mes maquettes de différents types d’habitat traditionnel algérien ont été exposées dans le cadre du troisième congrès des architectes au centre culturel de Tlemcen, ensuite au centre Pompidou à Paris. Toujours en 1983, le gouvernement algérien a fait appel à tous les plasticiens nationaux pour la fondation d’un musée de l’Armée dédié à l’histoire du pays. Ainsi, avec mes pairs, j’ai contribué à la production de 3 grandes œuvres. J’ai également participé à diverses expositions personnelles et collectives et aussi à la réalisation d’œuvres publiques, notamment la grande fresque murale à l'université supérieure des beaux-arts à Guadalajara (Mexique, 1986), la conception et réalisation de la statue monumentale de Raïs Hamidou érigée dans le parc public de Bab El-Oued à Alger.

Comment est née l'idée de la conception de la statue du Raïs ?
Un brillant esthète a lancé un appel à tous les artistes peintres ou sculpteurs pour l’embellissement d’Alger à l’occasion du 25e anniversaire de notre indépendance. À cette époque, j’avais réalisé la maquette d’Alger intra et extra-muros (j’ai dû consulter divers documents, livres, plans…). Dans ces récits, divers auteurs ont cité les louanges d’un héros de la marine algérienne, alors l’idée m’est venue de réaliser en hommage à notre héros national une statue monumentale pour l’immortaliser dans le temps. J’ai présenté mon projet et il a été donc approuvé par Cherif Rahmani (à l’époque, il était gouverneur du grand Alger).

En 2006, vous avez publié un beau-livre Algérie Lumière (édité par le ministère de la Culture), qui comporte toutes vos productions : peintures, poèmes et maquettes...
Après le décès de ma fille, rappelée à Dieu prématurément, j’entrepris un séjour au sud de notre pays à Djanet, pour me remettre de mon deuil et surtout pouvoir me reposer et méditer afin de pouvoir transcender cette terrible épreuve. Loin du vacarme de la ville, j’ai découvert la lumière, la paix, le silence, chez les “hommes du silence”. J’ai découvert aussi une sagesse extraordinaire, un calme serein, une compréhension totale sans geste ostentatoire. Il me fallait ce repos et ce recul. Durant mon séjour, j’ai côtoyé des gens formidables, simples dans leurs vies, leur hospitalité sans calcul. J’ai pris mon crayon et mon calepin de dessin et j’ai réalisé des esquisses de ce peuple merveilleux qui sont les Touareg, nos frères, d’où ma décision de les sublimer à travers mes multiples toiles. J’ai rendu également hommage à la femme algérienne de par sa beauté et son courage exemplaire réputé dans le monde de guerrière. Ces nobles femmes inscrites dans l’histoire à jamais, telles la Kahina, Tine Hinane, Lalla Fatma n’Soummer, Hassiba Ben Bouali… Et c’est ainsi que j’ai œuvré dans mon livre en lui donnant ce titre Algérie Lumière, un beau-livre recueillant une partie de mes œuvres picturales et sculpturales avec quelques-uns de mes poèmes.

Depuis la publication de votre livre, vous avez quitté la scène artistique. Songez-vous à faire votre “come back” ?
Oui, j’ai des œuvres récentes à exposer. D’ailleurs, j’ai plusieurs projets en cours de réalisation. J’ai l’intention de publier d’autres livres : le premier sur l’histoire d’Alger d’avant 1830. Quant au deuxième, il s’agit d’un recueil de poésie accompagné par mes propres œuvres exprimant mes diverses inspirations d’ici et d’ailleurs.


H. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
4 réactions
celyak le 21/11/2015 à 21h52

Je connais chacune des toiles de Rédha Chikh Bled ou les bleus s harmonisent entre elles et accroche très vite le regard.Les couleurs sont pures et nuancées avec une lumière qui se dégage ou reflète son naturel et la beauté dans l art entre la paix et le silence.Ma préférence est l Appel et Noblesse J ai lu Algérie lumière avec son tracé personnalisé et la statue de Rais Hamidou de toute beauté Ainsi je présente a Redha tous mes souhaits pour le recueil de poésies à venir ....

garnier-lafond le 23/11/2015 à 12h21

Très fier d'être l'ami de Redha CHIKH BLED, grand peintre et sculpteur et homme généreux et talentueux.

Redwani le 23/11/2015 à 14h38

Enfin de retour Mer Redha Chikh Bled ? tu as disparu mon ami Je viens de parcourir cette page avec attention je dois te dire en premier lieu quelle classe et sérénité qui se dégage de ton expression dans ta photo et quelle force et simplicité de ton entretien ce dernier article sur toi te sied a merveille. Tu es reste et restera égal a toi même tes réponses sont d'une dimension hors pair, je suis fier de toi mon ami Fier que tu sois l'auteur de ce monument réalisé par toi ainsi que d'autres œuvr

yam le 19/12/2015 à 1h23

Très heureuse d'avoir enfin des news de Réda Chikh Lebled: s'il lit ce message j'aimerai savoir s'il se rappelle de la personne qui a découvert en premier la maquette de Rais Hamidou chez lui et qui a eu le privilège de la présenter à son patron,M le wali? En 1987.Et je ne me souviens d'aucun esthète, le seul esthète c'était M Rahmani, il était comme ça. Je me rappelle j'avais emmené la maquette d'un mètre 50 à peu près dans ma 4L Bleue. Elle a plu au boss, voila l(histoire.

Commentaires
4 réactions