Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Culture

Soirée Chaâbi à la Maison de la culture Mouloud-Mammeri

Kamel Aziz envoûte le public de Tizi Ouzou

Kamel Aziz se produira le 21 juin à l’Opéra d’Alger. ©Haouchine-Liberté

Lors de ce concert animé, vendredi, Kamel Aziz a subjugué son public en interprétant pour la première fois sur scène des titres en kabyle, à savoir 3 belles chansons des regrettés cheikh El-Hasnaoui, Slimane Azem et pour finir un grand succès de Matoub Lounès.

S’il y a bien un chanteur chaâbi qui a la cote, à l’heure actuelle, dans la ville de Tizi Ouzou, c’est bien le maestro Kamel Aziz qui a confirmé d’ailleurs toute sa grande popularité, vendredi passé, où il a donné un concert à la mesure de son immense talent.
Très connu et surtout bien apprécié à l’occasion des nombreuses fêtes familiales qu’il a animées ces dernières années dans la ville des Genêts où il compte un grand nombre de fans, le chanteur algérois aura donc retrouvé, cette fois, la scène tant enviée de la maison de la culture Mouloud-Mammeri où un public nombreux et surtout fin connaisseur aura vécu une très belle soirée en compagnie de cheikh Kamel, comme se plaisent à l’appeler les jeunes Tizi Ouzéens. Et si Mohamed Mammar, l’étoile montante de la chanson populaire à Tizi Ouzou, avait déjà charmé, en première partie, l’exigeant public dans un style authentiquement andalou, Kamel Aziz aura aussitôt pris le relais sur scène en multipliant les “qacidate” et les chansons bien connues des mélomanes pour envoûter, à la folie, le fidèle public de la maison de la culture Mouloud-Mammeri à un tel point que la fête s’était prolongée pratiquement jusqu’à 1h du matin.
Mieux encore, l’artiste, qui a l’art de communiquer gaiement avec son fidèle public, a chanté, pour la première fois sur scène, en kabyle, et ce, en interprétant brillamment 3 belles chansons des regrettés cheikh El-Hasnaoui, Slimane Azem et pour finir un grand succès de Matoub Lounès, le tout exécuté avec art et en communion totale avec le public qui n’en demandait pas tant pour se défouler au maximum. “Je m’attendais à être bien accueilli à Tizi Ouzou, mais, en toute sincérité, je ne m’attendais pas à voir un public aussi nombreux pour vivre et partager une aussi belle soirée du Ramadhan”, nous confiera Kamel Aziz dans sa loge, en fin de spectacle. “En fait, j’ai toujours aimé me produire à Tizi Ouzou où l’on a souvent affaire à un public discipliné et connaisseur, et pour faire plaisir à une aussi belle assistance, je me suis permis une première expérience en interprétant en kabyle 3 belles chansons des regrettés El-Hasnaoui, Azem et Lounès qui méritaient bien un tel hommage”, enchaînera Kamel Aziz qui a déjà animé plusieurs soirées aux quatre coins de l’Algérie profonde, mais surtout à Alger alors qu’il s’apprête à donner un grand gala ce mercredi 21 juin à l’opéra Boualem-Bessaieh d’Alger.

Mohamed HAOUCHINE


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER