Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Chahinez Mohamadi, directrice du CADC, au forum de radio culture

“La formation sera l’une de nos priorités en 2018”

Chahinez Mohamadi aux côtés de Abderazak Djellouli à la radio. ©D. R.

La responsable du Centre algérien de développement du cinéma est revenue lors de son intervention au forum de Radio culture, sur les différents projets pour 2018, notamment la projection à caractère commercial de films récents et l’organisation d’un cycle de formation pour les professionnels du 7e art.

La directrice du Centre algérien de développement du cinéma (CADC) Chahinez Mohamadi était l’invitée hier matin du forum de Radio culture, animé par Abderazak Djellouli, au centre culturel Aïssa-Messaoudi de la Radio algérienne. En présence de la presse, l’interviewée a répondu aux différentes questions portant sur son département, notamment ses objectifs, les partenariats réalisés avec d’autres pays, la distribution de films ainsi que le volet de la formation.
D’emblée, la responsable du CADC explique aux auditeurs et à l’assistance, que la “différence” entre le CADC et les autres instituts cinématographiques, notamment le CNCA et la Cinémathèque, est que son établissement “est à vocation économique et commerciale. Sa mission entre dans le cadre de la production de films, la coproduction, et la promotion du cinéma algérien au niveau national et international”. Et de poursuivre : “Le Centre travaille sous la tutelle du ministère de la Culture, et collabore avec plusieurs institutions comme l’ONCI. En 2017, nous avons accompagné des films durant l’écriture, le tournage, dans des festivals, et leur diffusion dans des salles nationales.”
Questionnée sur les projets tracés pour 2018, Chahinez Mohamadi a fait savoir que “plusieurs films seront projetés” au cours de l’année prochaine.
À ce propos, elle a informé que “nous avons constaté qu’il y a un grand engouement du public pour les films américains. Puisqu’il y a un public, nous voulons lui présenter la production algérienne”. À cet effet, le CADC a prévu à partir de janvier 2018, de réaliser des projections à caractère commercial en partenariat avec l’ONCI. “Ces projections concernent les films ayant été projetés seulement en avant-première. Dans le premier volet, nous commencerons par la présentation des œuvres récentes datant de 2017. Ensuite, nous diffuserons des films réalisés il y a 4-5 ans, mais qui n’ont jamais été présentés au grand public”. À travers ces projections, la première responsable du CADC, a expliqué qu’“il sera réalisé un sondage pour savoir quel genre de films sont appréciés par le public. Cette démarche, nous permettra d’avoir une idée sur ses préférences, car nous avons un public exigeant !”. Au sujet du problème de distribution dans le pays, elle indique que “le CADC a signé en tant que distributeur avec l’ONCI, pour le développement du circuit de distribution. Car, cette dernière fait face au problème de salles de cinéma qui sont quasi fermées”.
Outre les projections commerciales, un autre volet “important” sera mis en exergue l’an prochain, à savoir la formation. “Ce sera l’une de nos priorités en 2018, et ce, dans l’optique de permettre aux professionnels du 7e art de découvrir de nouvelles techniques dans ce domaine”, a-t-elle souligné. Et d’ajouter : “Nous avons effectué plusieurs cycles de formation en partenariat avec l’IFA, la Femis, et Tayda Film.” Chahinez Mohamadi a signalé qu’à travers les studios de postproduction Tayda Film et Factory Corp, cela “nous permettra de réaliser des films 100% algériens”.
Concernant, la signature d’un protocole d’accords de coopération bilatérale algéro-tunisienne entre le CADC et le Centre national du cinéma et de l'image (Tunisie), lors des 28es Journées cinématographiques de Carthage (JCC), l’oratrice a précisé que l’objectif de cette coopération est de “travailler dans un cadre légal pour un meilleur échange des professionnels des deux pays. Nous avons également réfléchi sur l’échange de connaissances et d’expériences de chacun”.

H. M.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER