Scroll To Top
FLASH
  • La demande de remise en liberté provisoire de Louisa Hanoune rejetée par le tribunal militaire de Blida.

Culture / Culture

30e anniversaire de la disparition de l’écrivain Mouloud Mammeri

La Kabylie rend hommage au célèbre “Amusnaw”

La commémoration du 30e anniversaire de la disparition de Mammeri sera marquée par diverses activités culturelles, entre expositions, projections et conférences…dans les différentes communes de Tizi Ouzou.

Les activités commémoratives marquant le 30e anniversaire de la disparition de l’illustre écrivain Mouloud Mammeri, décédé, rappelons-le, le 26 février 1989 lors d’un accident de la circulation dans la région d’Aïn-Defla, ont débuté depuis avant-hier mardi, à la Maison de la culture de Tizi Ouzou qui porte fièrement le nom du célèbre homme de lettres algérien et grand militant de la revendication berbère.
À l’occasion, la direction de la culture de la wilaya a organisé une exposition de documents, de photos et d’articles de presse portant sur la vie et l’œuvre du regretté Mouloud Mammeri ainsi qu’une exposition-vente de livres en collaboration avec le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH) et de nombreuses maisons d’édition telles que l’ENAG, l’ANEP, les éditions Koukou, Achab, Tamagit et Odyssée.
La salle de conférences de la Maison de la culture a abrité mardi matin une table ronde sous le thème “Pensée et actions du savant algérien Mouloud Mammeri”, animée par Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Allaoua Rabhi, professeur à l’université Abderahmane-Mira de Béjaia, Mohand Boukhtouche, acteur du mouvement associatif et Hamid Bilek, archéologue et ancien cadre du HCA. De son côté, le Centre culturel Matoub- Lounès d’Aïn El-Hammam a abrité une autre exposition portant sur l’œuvre de Mammeri et a procédé à la projection du film La colline oubliée, du défunt réalisateur Abderahmane Bouguermouh adapté du célèbre roman de Mammeri. Pour la journée d’hier,
d’autres activités commémoratives ont été organisées à la bibliothèque principale de lecture publique de Tizi Ouzou avec un cours pédagogique dispensé, en cours de matinée, au profit d’un groupe de collégiens par Hacène Halouane, professeur à l’université Mouloud-Mammeri suivi d’une rencontre animée, en cours d’après-midi, par le chercheur universitaire et écrivain Mohamed-Lakhdar Maougal qui a présenté, à l’occasion, son dernier ouvrage intitulé La colonisation n’est pas une civilisation. De leur côté, les habitués de l’annexe de la Maison de la
culture Mouloud-Mammeri d’Azazga ont eu droit à la projection du film L’opium et le bâton du réalisateur Ahmed Rachedi adapté d’une autre œuvre littéraire de Mammeri.
“En ce trentième anniversaire de la disparition de l’illustre homme de lettres Mouloud Mammeri, c’est un sacré devoir de mémoire que de rendre un vibrant hommage à ce grand ‘Amusnaw’ qui est considéré comme l’un des écrivains majeurs de la littérature algérienne dont il est l’un des pionniers mais aussi un dramaturge, un metteur en scène, un anthropologue, un poète et l’un des plus grands linguistes amazighs” a déclaré la directrice de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou, Nabila Goumeziane, lors de la cérémonie d’ouverture de ces journées commémoratives. Enfin, les autorités locales et le mouvement associatif de la commune de Béni-Yenni, envisagent d’organiser, ce matin, une cérémonie de recueillement sur la tombe du regretté
Mouloud Mammeri en son village natal de Taourirt-Mimoun.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER